aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Orages en Bourgogne : jusqu'à 90% de pertes dans certaines zones du vignoble

le Mercredi 24 Juillet 2013 à 18:11
Par Justine Leclercq

Le violent orage ce mardi 23 juillet dans le vignoble bourguignon. © Maxppp

Les appellations Pommard et Volnay ont été violement touchées par un orage de grêle mardi. Les pertes sont catastrophiques pour les viticulteurs. Jean-louis Moissenet, représentant du syndicat des vignerons de Pommard déplore des pertes de 70 à 90% sur le secteur entre Beaune et Pommard.

Les viticulteurs autour de Beaune en Côte-d'Or sont très inquiets pour les récoltes. Un violent orage de grêle a dévasté mardi après-midi des parcelles de vignes. D'après un premier bilan du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVP) toute l'appellation Côte de Beaune a été touchée. Les dégâts concernent 10 à 90% du vignoble selon les parcelles.

L'extrême sud de l'aire d'appellation Beaune, jouxtant Pommard, fait partie des secteurs les plus touchés. Près de 90% des parcelles sont détruites. Ces intempéries sont un nouveau coup dur pour les viticulteurs. C'est la deuxième année consécutive que la grêle détruit les vignes. Pour Jean-Louis Moissenet, viticulteur et président du syndicat des vignerons de Pommard, le constat est dur :

"Quand on arrive sur les lieux et qu'on voit tout par terre, c'est comme si on venait d'être licencié sans prime. On a travaillé toute l'année et on vient de tout perdre".

A Volnay, toute l'appellation a  été touchée. Selon les parcelles les pertes vont de 30% à 70%.  Economiquement, la situation est compliquée, analyse Thiébault Hubert. Pour le président du syndicat d'appellation de Volnay : "C'est catastrophique, des exploitations ne vont pas s'en remettre".

Un traitement pour soigner les vignes

Après le violent orage de grêle, les feuilles des vignes sont déchiquetées, certains ceps baignent encore dans l'eau, et les grappes de raisins sont éventrées. Pour limiter la moisissure des grappes, certains viticulteurs souhaitent traiter les vignes au souffre par hélicoptère. Il faut faire cicatriser les pieds de vignes.

Après un épisode de grêle aussi violent, il faut deux à trois ans pour repartir sur des bois sains. Pour Thiébault Hubert, président du syndicat d'appellation de Volnay : "Après le printemps difficile que nous avons vécu, ça nous met le moral à zéro. Cela va se ressentir sur nos exportations, car la Bourgogne exporte beaucoup. On va se faire prendre des parts de marchés et le prix des vins va augmenter." En mai, la Bourgogne avait déjà été sévèrement touchée par des fortes pluies et des inondations.

Reportage de Jacky Page de France Bleu Bourgogne autour de Beaune.  
 

Lecture
 
Partager
Par Justine Leclercq
5
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
BB8359 (anonyme),
Certes , ils peuvent s'assurer, mais savez vous ce que cela coûte ? Et la plus-part du temps, seuls les frais sont assurés. Pour le reste des commentaires, comme d'habitude dans notre beau pa ys, je ne lis que jalousie et méchanceté face à des gens qui travaillent durent et qui, quelques fois, réussissent.
Avatar de anonyme
landos (anonyme),
Il existe une assurance "Grêle" spécifique, très bien connue du monde agricole et viticole. De plus, elle est subventionnée ! Il suffit d'y souscrire, ou sinon ... d'accepter le risque !
Avatar de anonyme
on ne va quand même pas les plaindre !!!!
Avatar de anonyme
clem21 (anonyme) @ jmf (anonyme),
encore un rigolo qui s'y connait rien
aller directement au contenu