aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Budget : les députés s'attaquent à l'ISF

le Jeudi 19 Juillet 2012 à 05:43 mis à jour à 11:14
Par Clara Beaudoux

L'Assemblée nationale démarre jeudi l'examen du troisième gros morceau du budget rectificatif 2012, à savoir l'impôt de solidarité sur la fortune. Le ministre du Budget a annoncé que la future tranche d'impôt à 75% durera "le temps du désendettement". La nuit dernière, les députés ont voté la fin des aides aux heures supplémentaires.

Les plus riches vont voir leur impôt s'envoler. L'article 3 du projet de loi de Finances rectificatif, examiné à partir de jeudi devant l'Assemblée nationale, prévoit une "contribution exceptionnelle" pour les redevables de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Cette contribution, censée rapporter 2,3 milliards d'euros, ne sera pas plafonnée, une première depuis 1988. Le montant de l'impôt des plus riches devrait atteindre 95.000 euros en moyenne au lieu des 40.000 prévus.

L'opposition dénonce une mesure "confiscatoire". "On ne peut pas verser de larme quand on parle de patrimoine personnel de plus de plusieurs millions d'euros, je pense qu'on peut contribuer a hauteur de 100.000 euros dans la circonstance et la situation des comptes publics", estime le député socialiste Christian Eckert.

Cette contribution exceptionnelle sur la fortune risque de coûter cher aux gros patrimoines, Julie Bloch Lainé  

Lecture
 
Partager

La future tranche d'impôt à 75% durera "le temps du désendettement"

La véritable réforme de l'ISF n'est prévue qu'en 2013. Il s'agira de rétablir l'ancien barême, plus lourd, et de mettre en place cette très controversée tranche d'impôt à 75% sur les hauts revenus. Jeudi matin, le ministre du budget Jérôme Cahuzac a indiqué que celle-ci durera "le temps du désendettement". "Le temps du désendettement, je le crains, risque de prendre un peu plus que" un, deux ou trois ans, selon lui.

Le ministre avait déclaré début juillet qu'une "vraie réflexion" était encore en cours sur le périmètre de l'impôt à 75% de la part des revenus supérieurs à un million d'euros, assurant toutefois qu'il y aurait bien une "mesure" en ce sens en 2013.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, les députés ont finalement voté la suppression de la plupart des aides aux heures supplémentaires instaurées en 2007, symbole du "travailler plus pour gagner plus". Auparavant ils avaient sonné le glas de la TVA sociale, autre mesure phare de l'ère Sarkozy.

Par Clara Beaudoux
9
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
ls1849 (anonyme),
Et dire que je dois payer cet ISF sur la maison familiale principale (propriété historique en plus) qui a atteint un prix record en seulement quelques années. Je précise que suis très loin d'être millionnaire. Mais qu'attendent-ils de moi ces gauchistes de m... ?
Avatar de anonyme
cevenole (anonyme),
Pas de probleme , et à laurent fabius de donner l'exemple ,lui qui fait partie des 50 plus grosses fortunes de france ....
Avatar de anonyme
clares (anonyme),
nous les classes moyennes on souffre par contre mon voisin qui fou rien vie mieux que moi......Plus besoin de se lever le matin pour gagné de l'argent on en gagne en restant à la maison RSA etc.......vive le PS
Avatar de anonyme
Pierre (anonyme) @ clares (anonyme),
Vivre des aides ce n'est pas une vie. On peut survivre un moment avec ces petites sommes, mais il nous manque l'autonomie, dépendre des autres pour vivre ce n'est pas gratifiant. Et puis appartenir au groupe, a une société, même si certain c'en défende, on a tous envie de cela et le travail en est souvent un vecteur. J'ai rencontré beaucoup de gens au RSA, et plusieurs faisaient les malins, ils avaient plus que ça, mais dans le fond étaient malheureux. Économiquement, le RSA ne coute pas grand-chose; donne de l'argent à un pauvre et il va tout claquer et l'État reprend un peu sur tous les achats. L'argent en France ne se perd pas dans les poches des pauvres, elles sont trouées. Je suis un pauvre qui travail et n'a aucune aide.
aller directement au contenu