aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Budget 2013 : des efforts historiques demandés aux Français

le Jeudi 27 Septembre 2012 à 22:26 mis à jour le Vendredi 28 septembre à 10:10
Par Clara Beaudoux

Le gouvernement détaille vendredi les 30 milliards d'euros d'impôts et d'économies du budget 2013 © SIPA/JPDN

Le projet de budget 2013 est présenté vendredi en Conseil des ministres. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault en a confirmé jeudi soir les grandes lignes : 30 milliards d'euros d'impôts et d'économies pour ramener le déficit à 3% du PIB en 2013, assurant que "neuf contribuables sur dix ne seront pas concernés par les augmentations d'impôts".

"C'est un budget de combat, c'est un budget de reconstruction", déclarait jeudi soir le Premier ministre, invité de l'émission "Des paroles et des actes". Sur France 2, Jean-Marc Ayrault a confirmé les objectifs du gouvernement : ramener le déficit français à 3% du PIB, contre 4,5% cette année. 

Pour parvenir à ses fins, le gouvernement doit présenter vendredi en Conseil des ministres le projet de budget 2013. Il a été élaboré sur une hypothèse de croissance du PIB de 0,8% l'an prochain, jugée jeudi soir par le Premier ministre "réaliste et atteignable".

Et pourtant, face à une croissance atone et un chômage qui explose, cette prévision est jugée trop optimiste par beaucoup, jusque dans la majorité : cette semaine le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone décrivait l'objectif "intenable".

"Le choix fiscal que nous faisons est juste"

François Hollande parlait de l'effort "le plus important depuis 30 ans". "L'effort fiscal, il est réel", a reconnu à son tour Jean-Marc Ayrault jeudi soir. Mais "il est juste, le choix fiscal que nous faisons", a-t-il poursuivi, assurant qu'"à revenus constants, neuf contribuables sur dix ne seront pas concernés par les augmentations d'impôts". 

Concrètement, dans le budget 2013, le gouvernement prévoit 30 milliards d'euros d'impôts et d'économies, répartis en trois parts égales : 10 milliards de prélèvements supplémentaires sur les entreprises, 10 milliards sur les ménages et 10 milliards d'efforts sur les dépenses de l'Etat.

"Ces mesures nouvelles épargnent les classes moyennes et les classes populaires"

Le Premier ministre s'est borné jeudi à répéter qu'il n'y aurait pas de hausses de la TVA et de la CSG en 2013 pour "boucher les trous" des comptes publics. "Ces mesures nouvelles épargnent les classes moyennes et les classes populaires", a-t-il insisté.

Parmi les principales mesures déjà connues :

  • La création d'une nouvelle tranche d'impôt sur le revenu : à 45% pour les contribuables gagnant plus de 150.000 euros par an
  • Le cumul des avantages dont bénéficie tout foyer fiscal sera abaissé à 10.000 euros
  • La création pour deux ans d'une taxe exceptionnelle à 75% sur les plus riches (ceux dont le revenu excède un million d'euros annuel)
  • Les revenus du capital seront imposés sur le même barème que ceux du travail
  • Un rélèvement de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF)
  • L'avantage fiscal dont les entreprises bénéficiaient si elles s'endettaient sera réduit
  • En plus d'une augmentation des prix du tabac, une hausse de la taxe sur la bière pourrait être instaurée

Les objectifs, les impôts supplémentaires pour les ménages © IDÉ

Par Clara Beaudoux
7
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Si les états européen ne réagissent pas très vite pour stoppé les banques commercial, on se retrouvera, dans la situation de la Grèce dans moins de 3 ans, le déficit ce creuse, il suffit qu'une agence de notation, baisse la note de la France, ce qui veut dire que les intérêts augmenteront. Il est temps que le gouvernement Français et européen réagisse, si n'on je crains le pire, on 91% du PIP en déficit réveillez vous. Il est temps de stoppé cette escroquerie.
Avatar de anonyme
Bonjour, On oublie les Frontaliers. On a des hauts salaires c'est vrai, mais on a des charges plus élevées (moins de protection sociale, moins de retraite, moins de protection de l'emploi, moins de vacances, pas de RTT, cout immobilié plus élevé, 40h par semaine, beaucoup de trajets, etc...). Pour les frais médicaux, nous avons une assurance privé, dans mon cas me coutant 2100€/an. Le nouveau budget prevoit de supprimer cette exception et de mettre les frontaliers obligatoirement à la CMU, ce qui representerai toujours pour moi un cout d'environ 10'000€ par an, soit 6'000€ d'augmentation. C'est très rude! Je suis pour contribuer à l'effort national, mais là c'est carrément du vol, plus de 13% de mon salaire va partir dans la sécurité social, alors qu'avant ça me coutait 2100€ avec la même couverture (montrant à quel point la CMU FR est inefficace). Las dessus on ajoute les 15% d'impots sur le revenu qui vont augmenter... Bref, les frontaliers sont surtaxés, et le gouvernement continue de gaspiller l'argent publique.
Avatar de anonyme
Charles (anonyme) @ Florent (anonyme),
Inutile de demander combien vous gagnez puisque vous nous l'avez indiqué : 10000 € / 8% + 9164 € (plafond CMU) = 134 164 € de revenu NET. Vous comprendrez qu'il est difficile de s'apitoyer sur votre sort : vous bénéficiez en effet d'un salaire suisse confortable, avec les avantages français : notamment un immobilier bien moins cher qu'en Suisse et des biens de consommation moins onéreux.
Avatar de anonyme
tristan (anonyme) @ Florent (anonyme),
a priori vous travaillez en suisse. le cout de l'immobilier est encore moins cher qu'a paris. la CMU couvre le nouveau né et le grabataire, deux catégories de personnes qui ne cotisent pas, on reparlera du montant de votre franchise à l'aube de votre retraite, elle risque d'avoir cruellement augmentée. L’idée de plus taxer les frontalier me parait juste : votre chomage c'est la france qui vous le paye, pas la suisse et il vaut mieux etre indemnisé en france qu'en suisse et ce que vous payez comme charge ne couvre pas cela. vos enfants sont scolarisés sur le territoire francais? tout cela, en tant que frontaliers, nous les utilisons comme les autres et nous payons peu. Seuls les taux sont sur certains points excessif mais je pense que cette démarche est la bonne.
aller directement au contenu