aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Après les entrepreneurs, les médecins tentent le buzz des "pigeons"

le Mercredi 10 Octobre 2012 à 11:00
Par Caroline Caldier

La fronde des entrepreneurs du web sur les réseaux sociaux avec le mouvement des "pigeons" contre les projets d'imposition du gouvernement a payé : Bercy a annoncé des assouplissements. En pleine négociations sur les dépassements d'honoraires, des médecins ont eux aussi décidé d'utiliser Facebook pour faire pression sur le ministère de la Santé.

La formule commence à faire florès. Après les entrepreneurs (plus de 60.000 mentions "j'aime" sur leur page Facebook), des médecins ont lancé leur page sur le réseau social. "Les médecins ne sont pas des pigeons" a déjà rassemblé plus de 19.000 membres en moins d'une semaine. 

En guise d'introduction, les six exigences portées par ce mouvement : "Pour une médecine de valeur à sa juste valeur, pour revaloriser le secteur I et le secteur II, pour la liberté d'installation des jeunes médecins, contre l'application abusive de la TVA sur des actes thérapeutiques, le médecin est aussi un entrepreneur, pour une unité des médecins de France publics et libéraux".

Après la décision du ministère du Budget, d'assujettir certains actes de chirurgie esthétique à la TVA à 19,6%, et en pleine négociations sur les dépassements d'honoraires, ces médecins ont décidé de se servir du réseau social pour fédérer les mécontents en dehors du champ traditionnel et puissant de leurs syndicats.

"Allez dire à votre boucher que vous ne lui payerez que la première tranche de veau ou à votre plombier que le troisième robinet est pour sa pomme" (un médecin sur Facebook)

Et les témoignages affluent sur le "mur". "Avoir fait dix ans d'études et cinq ans de spécialités, pour être "honorée" de 23 € une consultation (c'est-à-dire bien moins que le prix d'une "coupe" chez mon coiffeur...ou qu'un soin chez le podologue de mon mari : 40 €) pour n'avoir le droit de facturer que le premier acte en entier le deuxième à moitié et le troisième gratuit", s'indigne Dominique Ricci-Cagnol.

Une façon pour ces professionnels de montrer au gouvernement qu'ils ne vont pas céder facilement à la pression. En effet à mi-parcours des négociations sur les dépassements d'honoraires médicaux, la ministre de la Santé et le directeur de l'Union des caisses d'assurance maladie ont demandé aux médecins concernés une participation à l'effort budgétaire national et une modération de leurs exigences tarifaires.

Rappelant que François Hollande s'est engagé à la régulation des dépassements d'honoraires, considérés comme des obstacles à l'accès aux soins, la ministre a souligné les attentes des Français dans ce domaine. "Nos concitoyens ont entendu beaucoup de discours, ils attendent maintenant des actes concrets", a expliqué Marisol Touraine.

Marisol Touraine est montée au créneau pour critiquer cette intitiative  

Lecture
 
Partager
Par Caroline Caldier
18
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
juste un extrait de la réalité sortant d'unepetite etidiante en médecine qui ne sait meme pas ce qu'est la tarification.... Petit message à l'adresse des non-médecins qui passeraient sur cette page : Le saviez-vous ? Un externe en médecine (de la 4e à la 6e année d'études, avant l'internat donc) est payé 200 € par mois pour en moyenne 96 heures de travail mensuel (oui, vous avez bien lu : 2 € de l'heure...) , qui dans la plupart des stages consiste à : - Trier les examens biologiques pour les ranger dans votre dossier médical - Brancarder votre voisin diabétique de 120 kilos, sur des brancards aux roues moisies qui n'avancent pas (je prends volontairement l'exemple du patient de 120 kilos, parce que perso, je ne suis pas un brancardier baraqué de 1.90 m...) - Prendre votre rendez-vous d'IRM pour dans 3 mois - Appeler votre laboratoire d'analyses médicales pour avoir vos résultats d'INR - Vous apporter le plat bassin aux urgences et vous essuyer les fesses quand nos collègues aide-soignantes sont débordées Et oui, l'externe en médecine, ce petit étudiant que vous verrez parfois derrière le médecin en consultation ou dans votre chambre, c'est un peu tout ça : secrétaire, standardiste, brancardier... même pas payé au SMIC. Notez par ailleurs qu'après cela, nous devons travailler nos cours pour des examens loin d'être faciles à valider, ce qui ne nous laisse pas le temps d'avoir un "petit boulot" à côté comme beaucoup d'étudiants. Tout cela pour vous dire, cher(e) monsieur ou madame tout le monde de passage sur cette page facebook, que le ras-le-bol commence au cours de nos études, où nous faisons un travail peu reconnu mais pourtant indispensable au fonctionnement de l'hôpital, tout en étant payés un salaire de misère. Cette rémunération s'améliore bien entendu pendant l'internat, mais néanmoins, il ne me semble pas excessif de dire que débuter à bac +6 avec 1500 € par mois, ça n'est pas satisfaisant, surtout quand on sait que les internes abattent un boulot monstrueux dans les unités de soin, avec des responsabilités importantes. Vous comprendrez donc que les commentaires du type "les médecins ont leurs études payées par l'état et sont donc redevables" ont "légèrement" tendance à nous hérisser le poil. Un peu plus de considération, ce serait sympa, merki ! Bien cordialement, Une petite externe...
Avatar de anonyme
Anonyme (anonyme) @ doc gé (anonyme),
Bonjour, En réponse à votre commentaire je voudrais dire que oui il est clair que les externes (ainsi que les internes) se font totalement exploités par le système et cela n'est pas normal. Cependant, après toutes ces années d'études il est bon d'admettre qu'un médecin gagne très bien ça vie. Moi je suis rendu à bac+7 et je touche 1700 euros par mois (et encore car j'ai quitté la france sinon je toucherais le smic) en faisant un doctorat en biologie. A la fin de mon doctorat (dans deux ans), si j'ai la chance de trouver un boulot et de ne pas finir au chômage comme bcp de mes collègues, j'ose espérer toucher 2000 euros par mois, et en fin de carrière 3000 euros. Donc malgré mon bac+9, je ne toucherais pas grand chose, tout le monde s'en fou et je ne m'en plein pas. En face de moi, j'ai des médecins généralistes qui font des consultations durant en moyenne 5 min, tout ça pour donner des médicaments qu'on peut obtenir soi-même à la pharmacie, et qui me demandent 25 euros pour ces 5 min de consultation. Ou alors des spécialistes qui eux me reçoivent 10 min (on double le temps) et me demande 80 euros pour cela (là on triple le prix) !!! Je ne dis pas que les médecins ne doivent pas être payer, car c'est vrai que vous faîtes de longues études qui ne sont pas faciles, mais il faut aussi se mettre dans le contexte actuel. Les gens gagnent de moins en moins d'argent et franchement les médecins sont de moins en moins compétents. Tout le monde n'a pas les moyens de débourser une journée de salaire pour s'entendre dire "c'est à cause du stress ça, il n'y a rien à faire". Il serait donc bon de trouver un compromis, un salaire décent pour des gens qui ont travaillé dur pour en arriver là mais aussi des médecins compétents qui sont où ils sont pour aider les patients et non pas pour seulement s'en mettre plein les poches. Je sais bien évidemment que tous les médecins ne sont pas à mettre dans le même panier mais malheureusement les choses ne vont pas en s'arrangeant...
Avatar de anonyme
Et bien, dur de se faire entendre par une France aux 35 heures, quand on en bosse le double, et qu'on prétend vouloir gagner correctement sa vie, mais ne vous plaignez pas lors de déconventionnement massif qui va arriver sous peu si vous ne vous réveillez pas. En gros, en voulant limiter nos revenus, vous allez gagner un déremboursement complet de toute la médecine, et si vous soutenez ce projet de loi, vous l'aurez bien mérité :)
Avatar de anonyme
Pour tous ceux qui manifestement n'ont pas compris ce qui anime les médecins libéraux ou qui sont manipulés par les politiques et les mutuelles (médias en premier...), allez voir la video sur la page d'accueil de l'ucdf( union des chirurgiens de france)...
aller directement au contenu