OCDE : la France ne pourra pas tenir ses engagements budgétaires

par mardi 27 novembre 2012 12:55
François Hollande au siège de l'OCDE le 29 octobre 2012
Maxppp

La croissance française sera plus faible que prévue selon l'OCDE. La France ne pourra pas être dans les clous budgétaires en 2013. Pour autant, l'Organisation de coopération et de développement économiques estime que le gouvernement français ne doit pas prendre de nouvelles mesures de rigueur.

Les prévisions de croissance
de l'OCDE pour la France sont plus mauvaises que prévues. L'Organisation de
coopération et de développement économiques prévoit une croissance de seulement
0,2% pour cette année, contre 0,6% lors des prévisions de mai. Pire pour 2013,
l'OCDE escompte une croissance à 0,3% alors qu'elle avançait le chiffre de 1,2%
il y a six mois.

Ces prévisions sont en
dessous de celle du gouvernement (0,3% en 2012, 0,8% l'an prochain). Il ne pourrait donc pas tenir
ses engagements budgétaires.

Déficit public

Comme promis, le déficit de
la France devrait s'établir à 4,5% du produit intérieur brut (PIB) cette année.
Ce qui veut dire, selon l'OCDE, qu'il ne sera pas dans les clous européens en
2013. Elle prévoit un déficit à 3,4% alors que le gouvernement s'est engagé à
le ramener à 3%
.

Ce n'est qu'en 2014 qu'il
repasserait sous la barre autorisée par les traités européens de 2,9%.

Pas plus de rigueur pour
autant

Ces révisions à la baisse, (qui
sont également vraies pour de nombreux pays européens), ne veulent cependant
pas dire que la France doit durcir son plan de rigueur. L'OCDE estime que la "crédibilité"
du gouvernement en matière budgétaire est "renforcée" par "sa
détermination à corriger les déficits
". Paris a par exemple crée un Haut Conseil des finances publiques. Pour l'Organisation de
coopération et de développement économiques, "les stabilisateurs
automatiques devraient être autorisés à jouer pleinement si la croissance
devait être moindre que prévu dans le budget
". En d'autres termes, quoi
que fasse le gouvernement, le déficit risque de ne pas revenir à 3% en 2013,
donc, il doit s'abstenir de prendre de nouvelles mesures de rigueur pour
atteindre cet objectif à tout prix.

Global economy facing hesitant and uneven recovery © oecden