Le cri d'alarme des patrons de Renault et PSA sur l'état du marché de l'auto

par Antoine Krempf jeudi 27 septembre 2012 07:12
Les constructeurs s'attendent à un marché morose cette année et l'an prochain.
Maxppp

A deux jours de l'ouverture du Mondial de l'automobile à Paris, les deux PDG s'inquiètent ce jeudi dans la presse de la dégradation du secteur en France et en Europe. Carlos Ghosn et Philippe Varin réclament l'ouverture d'un chantier de la compétitivité pour éviter la casse sociale.

"Le marché européen est vraiment très mauvais". A la
veille de la visite de François Hollande dans les travées du Mondial de l'auto, le constat de Carols Ghosn est sans appel ce jeudi matin dans Le Figaro. Et
pour le patron de Renault, les mois qui viennent n'annoncent rien de meilleur :
la marque au losange planche sur une baisse de 8% cette année au lieu des - 3 %
prévus, "et l'an prochain: le marché sera au mieux stable ou, plus
probablement, légèrement en baisse."
Rien de mieux pour PSA Peugeot Citroën. Philippe
Varin, dans un entretien aux Echos
, prévoit une baisse de 12% du marché en France
et de 8% pour l'Europe. Pour expliquer cette tendance morose, le patron de PSA
pointe un "marché européen surcapacitaire", celui de Renault évoque
plutôt un manque de compétitivité des usines françaises.

Les conséquences sociales

Là encore, les perspectives ne sont pas réjouissantes. Vu le
contexte, la fermeture du site PSA d'Aulnay d'ici deux ans ne devrait pas être
un cas isolé. C'est en tout cas ce que croit savoir Philippe Varin : "un
certain nombre d'usines (va) fermer. Nous avons décidé de le faire, mais
d'autres constructeurs devront mener des opérations similaires". 
Chez
Renault, Carlos Ghosn prévient : "la conservation de l'emploi
est liée à la compétitivité"
. Le PDG annonce qu'il.va engager une
concertation avec les syndicats d'ici la fin de l'année sur la "charge de
travail"
.

"Flexibiliser le travail" (Carlos Ghosn)

Mais au-delà des solutions internes pour faire face à la
morosité des marchés français et européens, les deux patrons réclament au
gouvernement l'ouverture en urgence d'un chantier de la compétitivité. A
Renault, Carlos Ghosn veut des mesures pour "flexibiliser le travail".
Chez PSA, Philippe Varin espère de nouveaux textes pour "actionner un
travail réduit pour des périodes plus longues"
, sur le modèle allemand.

Des mesures nécessaires pour "rétablir la compétitivité de Renault en France" (Carlos Ghosn)  
 

 

Philippe Varin, PDG de PSA (au micro d'Isabelle Chaillou)