Fnaim : 5.000 postes devraient être supprimés fin 2012 dans l'immobilier

par Mélanie Potet vendredi 31 août 2012 20:14
La Fnaim a annoncé la suppression d'environ 5.000 postes dans le secteur immobilier au cours de 2012
L'ALSACE/Jean-François Frey Maxppp

Le secrétaire général de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim), Jean-françois Buet a annoncé vendredi la suppression de 5.000 emplois dans le secteur immobilier au cours de l'année 2012. En cause : la baisse de 20% des transactions de logements anciens.

Alors que 350 cessations d'activités d'agences ont été relevées au cours du premier semestre, 5.000 postes devraient être supprimés courant 2012 dans les agences immobilières. On en décompte 35.000 en France employant au total 200.000 personnes, sans compter les 50.000 agents commeciaux payés principalement à la commission.

Pour Jean-François Buet, secrétaire général de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim), ces suppressions d'emplois s'expliquent par "le nombre de
transactions de logements anciens dans les agences"
qui "devrait baisser de 20% sur
l'ensemble de 2012, comme au premier semestre, par rapport à 2011"
. Les premières victimes de cette baisse? Les petites agences indépendantes selon Frédéric Monssu, directeur général du groupe Guy Hoquet.

Ce groupe de 486 franchisés a effectivement enregistré une baisse de 8% de son chiffre d'affaires au cours du premier semestre. Un constat partagé par Century 21 et ses 900 agences, dont le nombre de transactions a reculé de 11% durant la même période.

Un marché morose

Pour autant, les prix de ventes eux ne diminuent quasiment pas. "Les particuliers qui
vendent ne veulent pas, sauf exception, baisser leurs prix"
, explique Frédéric
Monssu, même si "cela commence à bouger depuis le début du mois d'août",
ajoute-t-il. Face à cette morosité du marché, les réseaux d'agences tentent de s'organiser.

"Si nous ne vendons
pas le bien en 3 mois, nous baissons nos honoraires (4,3% du prix de vente en
moyenne) de 10% tous les mois. De plus, si le prix de vente final est supérieur
à 10% de l'estimation, nous faisons cadeau d'une partie de notre
commission"
, indique le directeur du groupe Guy Hoquet.

Chez Century 21 on se mobilise également. Laurent Vimont, président du groupe, indique de son côté déployer "un vaste plan de formation portant, entre autres, sur les méthodes d'estimation du prix d'un logement afin que celui-ci se vende rapidement et de façon satisfaisante tant pour le vendeur que pour l'acquéreur".

Malgré ces actions, l'année 2013 semble s'annoncer aussi mal que 2012 pour le secteur de l'immobilier.