Doux : le gouvernement obtient des avancées pour pérenniser le site de Quimper

par Clara Beaudoux mardi 24 juillet 2012 19:09, mis à jour le mardi 24 juillet 2012 à 19h15
Vincent Mouchel Maxppp

Selon le ministre délégué à l'agroalimentaire, le gouvernement a obtenu "des avancées réelles" de la part du consortium Sofiprotéol "pour garantir la pérennité du site de Quimper". La quinzaine d'offres de reprise sera examinée vendredi par le tribunal de commerce de Quimper.

Cela ressemble à une bonne nouvelle, au moins pour les 288 salariés de l'usine Père Dodu à Quimper, propriété de Doux. Le gouvernement a obtenu "des avancées réelles" de la part du consortium Sofiprotéol "pour garantir la pérennité du site de Quimper", a déclaré mardi le ministre délégué à l'agroalimentaire Guillaume Garot. "Au moment où je vous parle, nous continuons à nous battre pour les
sites de Pleucadeuc (Morbihan) et Graincourt (Pas-de-Calais)
", a-t-il ajouté.

Ces avancées doivent également permettre de "diminuer de près de 800 le nombre des emplois supprimés", a précisé le ministre, rappelant "qu'ils étaient près de 2.000 au départ", sur un total de 3.400 emplois. 

Un comité central d'entreprise au siège de Doux jeudi

C'est aujourd'hui mardi que Sofiprotéal devait en effet déposer au tribunal de commerce de Quimper son offre "améliorée". "La responsabilité de l'Etat, c'est de peser, de peser pour améliorer les offres qui ont été déposées, soit par le consortium autour de Sofiprotéol soit par Charles Doux lui-même", a indiqué le ministre. Les détails du "plan de continuation" du PDG du groupe Doux ne sont eux pas connus pour l'instant. On devrait en savoir plus jeudi lors d'un comité central d'entreprise au siège du groupe.

Une quinzaine d'offres de reprises ont été déposées au tribunal de commerce de Quimper. Il doit les examiner vendredi et devrait mettre sa décision en délibéré.