CCE chez PSA et plan de sauvetage gouvernemental : journée cruciale pour l'automobile

par Gilles Halais mardi 24 juillet 2012 15:04, mis à jour le mercredi 25 juillet 2012 à 05h00
Benoît Tessier Reuters

Au moment où le gouvernement lève le voile sur son plan de sauvetage pour la filière automobile, PSA réunit un nouveau comité central d'entreprise (CCE) consacré aux 8.000 suppressions de postes. Les salariés des usines touchées ont prévu de manifester en masse devant le siège de l'entreprise à Paris.

Le plan d'aide à la filière
automobile ne passera pas par un retour de la prime à la casse, avait tranché
Arnaud Montebourg le 18 juillet sur France Inter. Mais sans doute par un
bonus-malus renforcé, et un soutien massif aux "véhicules innovants et propres, hybrides, électriques", si l'on en croit les pistes évoquées alors
par le ministre du Redressement productif.
Ce plan, qui devrait s'accompagner de contreparties demandées aux
constructeurs, sera dévoilé en milieu de matinée en conseil des ministres.

Le plan d'aide à l'automobile doit être présenté ce mercredi en Conseil des ministres.  
Les précisions de Julie Bloch-Laîné.

Au même moment, PSA Peugeot Citroën
convoque un comité central d'entreprise pour présenter les détails de son plan
de restructuration qui prévoit 8.000 suppressions de postes et la fermeture de
l'usine historique d'Aulnay-sous-Bois.
Convoqué à Matignon lundi, le patron de PSA a juré qu'il n'y aura "pas de licenciements secs". Philippe Varin a également promis "un
dialogue social exemplaire",
et "une solution à son problème d'emploi
(pour) chaque employé". Mis en cause jusqu'au plus haut sommet de l'Etat
pour sa stratégie d'entreprise, le président de PSA répond qu'il fera "le
maximum pour assurer la réindustrialisation du site d'Aulnay"
qui doit
fermer ses portes en 2014.
Premier signe encourageant, mais qui concerne le site de Sevelnord, un accord
de coopération avec le Nippon Toyota
pour construire dans le Nord des
utilitaires légers.

Mobilisation générale devant le siège

Le groupe PSA, qui affirme brûler
200 millions d'euros de liquidités chaque mois depuis un an et sans perspective
de retour à l'équilibre avant 2014, va ouvrir ce CCE par la présentation de ses
résultats. Les syndicats en sauront plus alors sur la santé financière du
groupe.
Bien décidés à faire entendre leur voix et à empêcher la casse sociale, ils ont
lancé un appel à la mobilisation générale devant le siège, avenue de la Grande
Armée à Paris
(XVIe), où se tient le CCE. Les salariés d'Aulnay et Rennes, qui devrait
perdre également 1.400 postes, devraient être représentés en nombre.

En signe de soutien aux salariés de PSA, Bernard Lavilliers a décidé d'annuler un concert qu'il devait donner à
Sochaux (Doubs) le 15 septembre pour célébrer le centenaire de l'usine Peugeot.
Le chanteur des causes perdues, qui "s'est
toute sa vie impliqué dans le monde ouvrier qu'il connaît bien, refuse de
cautionner la suppression de l'usine d'Aulnay-sous-Bois",
indique sa maison de disque dans un communiqué.

Jean-Pierre Mercier, de la CGT, ne croit pas aux mauvais résultats présentés par PSA.