aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

ISF et bouclier fiscal : feu vert du Conseil des ministres

le Mercredi 11 Mai 2011 à 10:37
Par France Info

home_theme © © France Info - Radio France

Mesure emblématique du début de quinquennat de Nicolas sarkozy, le bouclier fiscal était devenu le symbole très encombrant d’une iniquité fiscale. Le Conseil des ministres a scellé ce matin sa suppression, en contrepartie d’un allègement de l’impôt sur la fortune, et d’une fiscalisation plus lourde du patrimoine des plus riches.

A un an de la présidentielle, le bouclier fiscal, mis en place au lendemain de l’élection de Nicolas Sarkozy, était devenu le symbole trop criant d’une fiscalité favorisant les plus riches. Sa suppression était devenue inévitable : elle a été scellée ce matin en Conseil des ministres. Dans le même temps, le président sortant, pas encore officiellement candidat à sa réélection, ne pouvait pas se mettre à dos les plus fortunés. _ La suppression du bouclier fiscal s’accompagnera donc d’un allègement de l’impôt sur la fortune. Quelque 300.000 contribuables vont y échapper, ceux dont le patrimoine est compris entre 800.000 et 1,3 million d’euros. Dans l’opération, reste un manque à gagner pour le Trésor public, évalué par Bercy à environ un milliard d’euros. _ Le projet de loi présente les pistes qui permettront de le combler : - une taxation plus lourde (40% contre 35% actuellement) des grosses successions et donations, lorsque l'héritage d'un parent ou d'un conjoint dépasse le 900.000 euros, - une taxe supplémentaire sur les résidences secondaires des non-résidents sur le sol français, et des exilés fiscaux.
Lecture
 
Partager
Pas question en revanche de créer une tranche supplémentaire d'impôt pour les plus hauts revenus. La solution a été a priori écartée par l'Elysée. _ Mais peut-être une taxe spécifique sur les très hauts salaires et/ou les bonus, dont le contenu reste à préciser. Le gouvernement table sur une adoption de son projet de loi avant les vacances d’été de l’Assemblée, à la mi-juillet.
Lecture
 
Partager
Lecture
 
Partager
Lecture
 
Partager
La gauche dénonce déjà un nouveau cadeau aux riches, qui seront, selon elle, les grands gagnants de ce tour de passe-passe fiscal. _ A l’inverse, François Baroin évoque une "réforme simple, juste et équilibrée". Gilles Halais, avec agences
Par France Info

Thèmes

Créer une alerte avec ces thèmes
aller directement au contenu