aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Selon Philippe Maertens, Fränk Schleck ne doit pas repartir

le Mercredi 18 Juillet 2012 à 00:01
Par media365.fr

Quelques minutes après l'annonce du résultat d'analyse anormal de Fränk Schleck lors d'un contrôle antidopage, l'attaché de presse de la RadioShack-Nissan, Philippe Maertens, a tenté d'éclairer les journalistes présents derrière les barrières d'un l'hôtel.

Philippe Maertens, que s’est-il passé ce mardi soir à votre hôtel ?
L’UCI (Union cycliste internationale) est venue pour lui annoncer ce qu’il s’est passé. Et c’est tout. Puis Fränk (Schleck) est parti. Il n’a pas dit grand-chose. Pour lui, c’est aussi un grand point d’interrogation. Ça s’est passé avant le dîner.

Quelle a été la première réaction de Fränk Schleck après cette annonce ?
Il était, comme ça se dit, tombé des nuages (sic). Il était pale. Il n’a pas d’explication pour l’instant.

Comment a réagi l’équipe ?
On est tous un peu accablé et déçu. C’est une réaction normale je pense. Il était notre leader. On attendait encore beaucoup de lui dans les étapes à venir.

Quelle décision va prendre la RadioShack ?
On a déjà pris notre décision : il ne partira pas demain (mercredi). Ça n’aurait aucun sens qu’il prenne le départ. C’est juste une question de respect du Tour de France et de Fränk lui-même. Il ne peut pas partir dans cet état d’esprit.

Le diurétique dont a été contrôlé positif Fränk est souvent utilisé pour masquer les produits dopants…
Souvent, je ne sais pas. C’est la première fois que j’ai entendu parler de ce produit (Xipamide) mais c’est sur la liste des produits défendus à cause de ça.

Propos recueillis par notre envoyé spécial sur le Tour

Par media365.fr
aller directement au contenu