aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Andy Schleck, l'avocat du frère

le Mercredi 18 Juillet 2012 à 22:20
Par media365.fr

A peine 24 heures après l'annonce du contrôle positif de Frank Schleck, son frère Andy s'est exprimé dans le Quotidien luxembourgeois pour prendre sa défense. Convaincu de son innocence, il se dit prêt à lancer la contre-attaque et fustige le milieu du vélo.

La famille Schleck unie dans la tourmente. Au lendemain de l’annonce du contrôle positif à un diurétique de Frank lors de la 13eme étape du Tour de France 2012, le coureur de chez RadioShack-Nissan (32 ans) a reçu le soutien d’Andy. Absent de la Grande Boucle en raison d’une fracture au niveau du sacrum, un os du bassin, le deuxième du Tour de France 2011 s’est exprimé dans les colonnes du Quotidien. Au journal luxembourgeois, il a confié que ses proches étaient prêts à faire bloc autour de son frère. « Toute la famille et nos amis proches sont autour de Frank. Et on est décidé à se battre pour lui. » Andy Schleck n’a aucun doute sur l’innoncence de son coéquipier depuis leurs débuts chez les professionnels. « Je suis à 100, non à 110 % derrière Frank. On a pris un énorme coup sur la tête car on n'a jamais rien pris d'illicite. Je peux vous le jurer sur la tête de ma mère ! De notre côté, on est sûr de nous. Vous savez, on s'entraîne tout le temps ensemble, on se prépare tout le temps ensemble, on court tout le temps ensemble, même si c'est un peu moins vrai cette saison. Et je peux vous dire et vous répéter qu'on n'a jamais rien pris. »

Son contrôle positif ayant été annoncé par l’Union Cycliste Internationale mardi dans la soirée par le biais d’un communiqué, Frank Schleck n’était pas au départ de la seizième étape mercredi. Il a depuis eu l’occasion de discuter avec son frère, tout aussi sonné par la nouvelle. « Il est sous le choc. Il ne comprend pas ce qui lui arrive. Moi non plus, je ne comprends plus rien. Je ne peux pas accuser qui que ce soit mais c'est quand même bizarre. Visiblement, ce n'est pas un produit qu'on trouve dans l'alimentation, c'est un médicament. Si tu es sûr que tu n'as rien pris, c'est donc que c'est quelque chose d'autre, ça vient d'ailleurs. Et cela, je ne me l'explique pas. Personnellement, je suis plus fâché que déçu. » Douzième du classement général, 9’45 du leader Bradley Wiggins, Frank Schleck vivait un Tour difficile. Débarqué avec des ambitions élevées, surtout en l’absence d’Andy, il ne s’est jamais trouvé dans le tempo de la course et a rapidement été distancé par les meilleurs. Exclu de la course, il risque jusqu’à deux ans de suspension si son contrôle positif était confirmé par l’échantillon B.

Mais dans la famille Schleck, on prépare déjà la contre-attaque. « Maintenant, on doit attendre l'échantillon B mais s'il est positif, la plainte est déjà prête à être déposée, explique Andy. Désormais, il faut seulement attendre la suite des événements. Mais on est bien décidés à se défendre. » Le cadet de la fratrie (27 ans) s’étonne de voir son nom mêlé à une telle affaire. Même s’il est le principal concerné, il sait que les yeux se tournent aussi vers lui, puisque les deux frères sont décrits comme inséparables dans le peloton. « Si on se dope et qu'on est pris, on peut être déçu mais quand on n'a rien pris ce sont la déception, l'incompréhension qui priment. Nos amis très proches savent que nous ne nous dopons pas, nous ne l'avons jamais fait et nous ne le ferons jamais. » Comme souvent dans pareille situation, Andy joue la carte « seuls contre tous » et évoque la théorie du complot. « Sur un truc comme cela, au vu de certaines réactions, on a le sentiment que certains attendaient quelque chose. Aujourd'hui, je peux vous dire qu'on est dégoûté du vélo. J'aime ce sport plus que tout mais aujourd'hui c'est vraiment très dur pour moi et pour toute la famille. »
Par media365.fr
aller directement au contenu