aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Une "usine" de films amateurs, le nouveau rêve de Michel Gondry

le Mercredi 15 Janvier 2014 à 15:18 mis à jour à 21:10
Par Julie Marie-Leconte, Ouafia Kheniche

Michel Gondry et Audrey Tautou l'actrice principale de son dernier film, "L'écume des jours" © Maxppp

Le réalisateur Michel Gondry installe dans des grandes villes du monde des "usines de film amateur". N'importe qui peut venir y tourner un film, en trois heures. L'expérience a déjà été menée à Paris, New York ou Sao Polo. Aubervilliers lui a proposé de venir poser ses valises dans son ancienne manufacture d'allumettes, pour donner une seconde vie à ce haut lieu du patrimoine industriel francilien.

Une ancienne manufacture d'allumettes à Aubervilliers, un cinéaste à l'imagination débordante et un projet un peu fou. Michel Gondry, le réalisateur de "L'écume des jours", propose à ceux qui le voudront de venir fabriquer un film en trois heures dans cette ancienne fabrique. Cette "usine de films amateurs" doit être inaugurée en 2016 dans cette ville de Seine-Saint-Denis.

Un espace de 1.500 m²

"Ce projet a marché dans le monde, mais toujours dans un temps restreint, et je souhaitais le pérenniser" explique le réalisateur qui, a par le passé, mis en place ce même type de projet à New York, Sao Polo ou Paris.

Mais dans l'ancienne manufacture d'allumettes, un espace de 1.500 m² dont la construction remonte au début du 20ème siècle, Gondry veut s'installer de façon pérenne. Il a d'ailleurs signé aujourd'hui une convention de financement du lieu à la mairie d'Aubervilliers.

"Un lieu de vie, d'ébullition" Michel Gondry

Cette usine ne serait ni un musée ni une école, mais selon le réalisateur "un lieu de vie, d'ébullition où il n'y a pas de sens de la compétition ou du gain."

Le financement des travaux, estimé à 1,8 millions d'euros, n'est pas encore bouclé mais la municipalité d'Aubervilliers, propriétaire du lieu, espère ouvrir l'"usine" de films amateurs au public en mai 2016.

En trois heures, n'importe qui pourra venir fabriquer un film gratuitement explique Julie Marie-Leconte pour France bleu  

Lecture
 
Partager
Par Julie Marie-Leconte, Ouafia Kheniche
1
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
Un beau projet qui redonne vie à un patrimoine industriel reconnu mais en déshérence, qui mêle culture, cinéma au premier degré , agit-prop et tout cela à deux pas de Paris mais au-delà du périph ; ça plait aux bobos, aux cocos, aux socialos, avec label écolo ;c'est aussi ça l'économie sociale aujourd'hui ! Donnons une chance et cotisons à la souscription publique
aller directement au contenu