aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

La basse si j'y suis ou comment quelques notes deviennent éternelles

le Lundi 30 Juillet 2012 à 12:49
  • 1 commentaire
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 4.3 (3 votes)

"Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme" disait Lavoisier. Cette formule est particulièrement avérée quand il s'agit de musique, de rock et surtout de ligne de basse. Exemple avec le titre de Queen "Another one bites the dust".

{iframe|daily|346.5|462|x24kp}

The Queen, "Another One Bites The Dust" sorti en 1980 © djoik

Aujourd'hui, le recyclage des lignes de basse, de tube en tube. Explications de Gilles Verlant.

Qu'il s'agisse de la soul, du rock ou de disco, les morceaux ayant puisé dans le répertoire plus ancien pour remettre au goût du jour une ligne de basse imparable sont légion.

McFadden & Whitehead en est un bon exemple. Quand ils sortent en 78 Ain't No Stoppin, ils n'imaginent sans doute pas que quelques années après un crooner italien va utiliser la même ligne pour chanter le cultissime Ma Quale idea, en 81. Ni que Ménélik lui aussi usera de la même ficelle rythmique dans son tube Quelle aventure...

Autre exemple, devenu un cas d'école : The Queen et leur immense tube  Another one bites the dust.

 

Vidéo(s)

{iframe|daily|346.5|462|xsd6p}
{iframe|youtube|260|462|oHLewcdIWlw}
{iframe|daily|346.5|462|x7pm36}
1
Vos réactions sur cette info
Avatar de anonyme
DURRIEUX philippe (anonyme),
La série de l'été de Verlant. L'emission d'hier était bien.
aller directement au contenu