aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

"Je suis une personne" de la compagnie Ktha au théâtre Le Monfort et "Le Bourgeois gentilhomme" au Nuits de Fourvière

le Samedi 9 Juin 2012 à 09:55
  • Pas encore de votes

Le théâtre sous toutes ses formes avec du théâtre en containers avec "Je suis une personne" une création de la compagnie Ktha est un monologue sur la quête de liberté.
Au festival "Les nuits de Fourvière" Denis Podalydès revisite la célèbre comédie-ballet de Molière "Le bourgeois gentilhomme" et fait de Mr Jourdain un rêveur.

La comédienne Camille Voitellier dans " Je suis une personneé au théâtre Le Monfort © Compagnie Ktha

"Je suis une personne" au théâtre Le Monfort

L'affirmation de l'être, la reconnaissance de l'individualité de l'autre et de la poésie qui va avec telle est la dernière création de la compagnie Ktha. Pour ce projet de  théâtre en container, les auteurs ont fait appel à Camille Voitellier, une comédienne qui pratique aussi le trapèze et qui se déplace entre les deux containers à la force de ses bras.

Un atelier en prison a emmené les auteurs à questionner l'enfermement mais dans la pièce cette thématique n'est pas dévoilé de manière explicite. Le spectacle parle plutôt de liberté à travers une liste de choses de la vie. Une vie qui est d'ailleurs au coeur de la pièce avec une intervention de l'extérieur, les bruits de la rue.

"Le Bourgeois Gentilhomme" mis en scène par Denis Podalydès

"Les nuits de Fourvière" accueille la dernière mise en scène de Bruno Podalydès, la comédie-ballet de Molière avec la musique de Lully. L'acteur porte sur Monsieur Jourdain un regard tendre. "La noblesse, être des gens de qualité, le pousse à réunir chez lui les Arts, à un entreprendre un épuisant et étourdissant apprentissage de la danse, de la musique, des armes, de la philosopophie et de l'amour courtois, à s'opposer à toute sa famille, à braver sa femme, sa servante, les rires, les sarcasmes, toujours arc-bouté sur son rêve impossible". Un personnage que le metteur en scène trouve sympathique et il a voulu montrer chez lui au-delà du côté ridicule, un personnage "d'une haute poésie comique".

 

 

aller directement au contenu