Charlie Hebdo caricature Mahomet : Ayrault désapprouve, le CFCM est "consterné"

par mardi 18 septembre 2012 20:25, mis à jour le mercredi 19 septembre 2012 à 07h55
Charlie Hebdo Autre

L'hebdomadaire satirique sort ce mercredi un numéro où apparaissent des caricatures du prophète Mahomet. Ces dessins pourraient être vus comme une provocation dans un contexte de manifestations contre le film américain anti-islam. Le siège du journal a été placé sous surveillance policière.

Charlie Hebdo ne va pas se
laisser dicter ce qu'il doit dire ou plutôt écrire. L'actualité, ce sont ces manifestations, parfois
violentes, contre la vidéo "l'innocence des musulmans" qui éclatent
un peu partout dans le monde depuis plus d'une semaine, et c'est justement de cela
que le journal satirique veut parler. Il a décidé de publier des caricatures Mahomet
dans des positions osées. Ces dessins ne sont pas en UNE mais en pages intérieures
dans la rubrique "les couvertures auxquelles vous avez échappé".

Les arguments de Charlie
Hebdo

Ces nouvelles caricatures de
Mahomet, six ans après les premières de février 2006, et un an après l'incendie
des locaux de l'hebdomadaire
, ne sont pas plus provocantes
que d'habitude, estime le journal. "La liberté de la presse est-elle une
provocation ?"
s'est interrogé son directeur Charb à la veille de la
publication, admettant que ces dessins "choqueraient ceux qui vont
vouloir être choqués"
.

La rédaction a choisi de ne pas mettre les caricatures en première page. La une est une parodie du film "Intouchables",
dessiné par Charb. Les caricatures ont été dessinées par Luz. Interrogé par France Info, le dessinateur explique que Mahomet
est au centre des manifestations et du film "l'innocence des musulmans" donc il se devait d'être représenté dans le journal, "le but de notre
travail, ce n'est pas de faire de la provocation contrairement à ce que les
gens disent, c'est justement à répondre aux provocations"
.

"On fait juste notre boulot et ça emmerde les gens qui ont envie d'être emmerdés" Luz, dessinateur à Charlie Hebdo  
 

"Nous ne tolérerons pas de débordements" a averti ce mercredi matin
Jean-Marc Ayrault sur RTL.

Dans un communiqué publié hier soir le Premier ministre avait affirmé sa "désapprobation
face à tout excès"
dans le contexte actuel et a appelé à "l'esprit
de responsabilité de chacun"
. Jean-Marc Ayrault a souligné que "la liberté d'expression constitue
l'un des principes fondamentaux de notre République"
mais que "cette
liberté s'exerce dans le cadre de la loi et sous le contrôle des tribunaux, dès
lors qu'ils sont saisis"
.

En déplacement au Caire,
le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a déclaré qu'il était "contre
toutes les provocations surtout dans une période aussi sensible que celle-là"
,
ajoutant, "la liberté d'expression existe mais je suis absolument hostile
à toute provocation"
.

"Je ne vois pas l'utilité d'une provocation et je la condamne" (Laurent Fabius)  
 

La réaction des musulmans de France

Dès mardi soir, le recteur de
la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur a lancé un "appel au calme".
Il s'est dit étonné et attristé de la parution de nouvelles caricatures qui
risque, selon lui, "d'exacerber l'indignation générale du monde musulman".

Dans un communiqué, le Conseil français du culte
musulman (CFCM) a condamné "avec la plus grande vigueur ce nouvel acte islamophobe
qui vise à offenser délibérément les sentiments des Musulmans"
. Son
président, Mohammed Moussaoui, avoue qu'il a appris la publication de l'hebdomadaire
avec une "profonde consternation".

"Service Temporarily Unavailable"

Mardi soir, à partir de 23h, le site internet de Charlie Hebdo a connu quelques petits problèmes. Il était par moment impossible de cliquer sur le lien vers la UNE du journal. Le message "503 Service Temporarily Unavaible" s'affichait par intermittence.