aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Basket Amical : France-Espagne (70-75)

le Dimanche 15 Juillet 2012 à 16:23
Par media365.fr

Dans une ambiance exceptionnelle à Bercy, la France s'est inclinée pour la deuxième fois en une semaine face à l'Espagne (70-75). Mais les partenaires de Nicolas Batum, qui a joué cinq minutes, ont montré de bien belles choses.

Après-midi de gala à Bercy. Moins d'une semaine après s'être inclinée de 16 points à Madrid (81-65), la France avait l'occasion de se racheter devant son public, et surtout de se rassurer après le non-match face à la Belgique jeudi (57-63). C'est chose faite dans un POPB plein à craquer et constamment derrière les siens face aux rivaux espagnols. Le public parisien a pu assister à une véritable surprise : la titularisation de Nicolas Batum, qui a pris un énorme risque, lui qui est entre Portland et Minnesota, et qui n'a donc pas d'assurance. " C'est à ses risques et périls. Il était presque en pleurs dans les vestiaires donc on a succombé ", a plaisanté avant la rencontre le coach tricolore, Vincent Collet.

L'ailier normand a prouvé en cinq minutes de jeu qu'il avait faim de ballons avec notamment un dunk plein de rage. " Je ne pouvais pas louper ça, a confié Batum sur Canal+ à la pause. Cela fait trois mois que je n'ai pas joué. Ces cinq minutes-là, ça vaut tous les contrats que je pourrai avoir. " Grâce à sa présence, les Bleus ont montré plus de consistance, notamment en attaque. En retard de seulement deux points à la fin du premier quart (21-23), les partenaires de Boris Diaw, qui avait reçu le feu vert de San Antonio, ont même réalisé une grosse fin de deuxième quart pour mener à la pause (39-37). De la tension et du suspense Au retour des vestiaires, sous les yeux du meneur de Boston Rajon Rondo, les Français ont pris un éclat (1-16) par la Roja, littéralement portée par son duo Pau Gasol-Serge Ibaka (38pts et 19rbds à eux deux) à l'intérieur. Menée tout au long du dernier quart, la bande à Tony Parker, qui retrouve petit à petit ses sensations, a péché dans deux domaines : l'adresse extérieure et surtout les rebonds (23-42 à un moment donné en faveur des Espagnols). La fin de partie a été marquée par l'expulsion de Mickaël Gelabale (10pts), coupable d'un très vilain geste sur Rudy Fernandez, toujours dans les mauvais coups... Les Bleus auraient même pu revenir à un point si Fabien Causeur avait réussi son tir primé dans les derniers instants (68-72). Finalement, l'Espagne, sans Marc Gasol, s'impose de six points (75-70). " C'est l'un de nos meilleurs matchs depuis le début de la prépa, a commenté à chaud capitaine Diaw. On relativise car on sait qu'on a du retard. C'est encourageant pour la suite ". L'écart entre les nations semble en tout cas s'être considérablement réduit en moins d'une semaine et c'est bien là l'essentiel.

AMICAL

Dimanche 15 juillet 2012
France - Espagne : 70-75

Par media365.fr
aller directement au contenu