Quarts : France - Espagne (59-66)

par mercredi 8 août 2012 19:11

Après avoir mené durant la majeure partie de la rencontre, les Bleus de Boris Diaw (15pts, 8rbds, 5pds) ont craqué en attaque dans le quatrième quart-temps et se sont finalement inclinés contre l'Espagne mercredi en quarts de finale du tournoi olympique (59-66). Le rêve de médaille de la génération TP est passé.

L'équipe de France a du cœur. Malmenés une grande partie de la
rencontre par une équipe d'Espagne au sommet de son art, les Bleus ont
su trouver les ressources nécessaires pour décrocher une victoire de
prestige en quarts de finale des Jeux Olympiques.

William
Accambray, héros du match

Les Experts ont pu compter sur un
William Accambray de gala, auteur du but de la victoire à la toute
dernière seconde (23-22). Les Bleus accèdent une nouvelle fois au
dernier carré de la compétition et pourraient bien retrouver une vielle
connaissance, la Croatie d'Ivano Balic.
Sterbik écœure les Bleus battus en phase de poule par l'Islande lors de
la quatrième journée, les hommes de Claude Onesta se savaient attendus
au tournant lors de ce quart de finale. Mais alors qu'ils avaient par le
passé toujours su répondre présent dans l'adversité, les Tricolores
perdaient totalement leurs moyens en début de rencontre. La faute à une
formation ibère en pleine réussite. A commencer par son gardien, Arpad
Sterbik Capar.

Sterbik, le mur espagnol

Blessé au mollet
en début de compétition, le gardien de l'Atletico Madrid écœurait tour à
tour les attaquants tricolores (86% d'arrêts en première période).
Nikola Karabatic, Daniel Narcisse et Cédric Sorhaindo se cassaient
successivement les dents. En face, la formation de Valero Rivera
profitait de la fébrilité défensive des Bleus pour creuser un premier
écart (6-1, 13eme). Sans véritable solution sur le front de l'attaque,
les Tricolores devaient alors attendre la 21eme minute de jeu et une
réalisation de leur pivot Cédric Sorhaindo pour inscrire leur premier
but dans le jeu (6-2). Une action qui avait le don de rebooster la
machine française. La bande de Claude Onesta retrouvait son handball au
meilleur moment faisant jeu égal avec son adversaire du jour jusqu'à la
fin de la mi-temps.

À la pause, les champions du monde en titre
avaient même refait une partie de leur retard (12-9).
Accambray délivre les siens
Et au retour des vestiaires, les tenants du titre ne baissaient pas en
intensité. Luc Abalo faisait le show sur son aile tandis que William
Accambray assurait l'essentiel à 9m (7 buts).

L'insolente
réussite tricolore

L'arrière de Montpellier, fraichement
réintégré en vue de la phase finale en lieu et place de Guillaume Joli,
enfilait les buts comme des perles et permettait à l'équipe de France de
revenir au score (17-17, 15eme) puis prendre l'avantage à dix minutes
de la fin de la rencontre (20-18, 21eme). "J'aurais aimé réaliser ce
genre de performances sur d'autres matchs. Ça arrive aujourd'hui et
d'une belle manière. Ça nous permet, pour mon premier match aux Jeux
Olympiques, de passer en demies. C'est vraiment super"
, confiait
l'homme l'homme du match au micro de France Télévisions. Face à cette
insolente réussite, les Espagnols perdaient totalement pied à l'image de
Maqueda, incapable de franchir la muraille bleue. Reste que les
Espagnols avaient du cœur et recollaient au tableau d'affichage (22-22,
27eme). Mais au courage, les Français crucifiaient les partenaires de
Tomas Gonzalez à la dernière seconde sur une nouvelle réalisation
d'Accambray.

Les Bleus restent en vie dans le tournoi et sont
plus que jamais candidats à leur propre succession.Ils rencontrent
vendredi en demi-finale les Croates, une des meilleures armada de la
décénnie.

Phase
finale (du 08 août au 12 août)

Quarts de

finale

Mercredi 8 août 2012
Islande - Hongrie :33-34
France
- Espagne : 23-22
Suède - Danemark : 24-22
Croatie - Tunisie :
25-23

Demi-finales

18h00
: Hongrie - Suède

21h30 : France - Croatie