aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Le Palais Idéal du Facteur Cheval

le Vendredi 11 Mai 2012 à 11:25
  • Votre évaluation : Aucun Moyenne : 5 (1 vote)

Le Palais Idéal du Facteur Cheval fête cette année ses cent ans. A l'occasion de cet anniversaire, l'artiste allemand Nils Udo vient de créer sur place à Hauterives dans la Drôme une oeuvre en hommage à Ferdinand Cheval.

Palais Idéal du Facteur Cheval © Coll Palais Idéal - Emmanuel Georges

C'est en 1912 que le facteur Ferdinand Cheval a achevé son palais, après trente-trois années de travail. Il a imaginé cette œuvre, symbole de l'art naïf, en parcourant à pied les routes de la Drôme à l'occasion de ses tournées. Sur ces mêmes routes, il a collecté les pierres qu'il a utilisées pour le construire. Ferdinand Cheval a bâti seul son palais, avec pour uniques outils une truelle et une brouette. Cet étrange édifice qui mélange les styles, est classé monument historique depuis 1969. Il se compose de quatre façades, d'une terrasse et d'une galerie. La façade Est, longue de 26 m et haute de 12 m est la première à avoir été construite. On peut y voir une fontaine, une grotte, une cascade, un temple égyptien, un temple hindou, trois géants et  le tombeau du Facteur Cheval qui souhaitait être inhumé dans son palais. La façade ouest est aussi très étonnante. On y découvre dans des niches, un château du Moyen-Age, une mosquée, un temple hindou, un chalet suisse ou encore la maison carré d'Alger. Autant de références surprenantes car le Facteur Cheval n'a jamais voyagé. A l'intérieur il n'y a aucune pièce, seule une galerie longue de 20 m permet de le traverser.

Détail des géants de la façade est © e georges

Ce palais centenaire fait l'objet de toutes les attentions. Des chantiers de restauration y sont régulièrement menés mais ils s'avèrent délicats à conduire car Ferdinand Cheval a construit son palais sans tenir compte des règles d'architecture, un peu comme un enfant construit un château de sable. De longue date, cette oeuvre de toute une vie a fasciné les écrivains et les artistes. Pablo Picasso y est venu à plusieurs reprises. Niki de St Phalle qui l'adorait s'en est en partie inspiré pour son jardin des Tarots en Italie. Aujourd'hui, il fascine toujours autant les artistes qui s'y produisent, en particulier les musiciens qui participent en juin à Jazz au Palais et en juillet aux Musicales du Palais. Actuellement, Nils Udo, artiste de la nature présente à quelques centaines de mètres du palais une installation en hommage au célèbre facteur.

aller directement au contenu