aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Les Arts de l'Islam trouvent une vraie place au Louvre

le Mercredi 19 Septembre 2012 à 17:28 mis à jour le Jeudi 20 septembre à 10:02
Par Claire Baudéan

Pyxide au nom d'al-Mughira, Lion de Monzón, Bassin dit "Baptistère de Saint Louis" © Musée du Louvre, dist. RMN / Hughes Dubois

Sous une verrière ondulante enveloppée dans une résille métallique or et argent, le nouveau département des Arts de l'lslam, qui sera ouvert à partir de samedi, abrite 3.000 objets de la civilisation islamique, un florilège d'œuvres emblématiques choisies pour leur beauté et leur intérêt historique dans la collection du Louvre et du musée des Arts décoratifs. C'est l'une des plus belles collections au monde dans le domaine des Arts de l'Islam, elle trouve enfin la place qu'elle mérite au sein du musée.

Près de 10 ans après le lancement du projet, le musée du Louvre ouvre samedi au public son nouveau et huitième département consacré aux Arts de l'islam. Cette splendide collection riche de 18.000 œuvres - 15.000 pour la collection du Louvre, complétée en 2005 de 3.400 pièces du musée des Arts décoratifs -  n'était que partiellement exposée jusqu'en 2007 parmi les Antiquités orientales.

Elle se déploie désormais sur 2.800m2 et sur deux niveaux, cour Visconti, dans le cœur historique du musée, sous une toiture en forme de tapis volant ou  "d'aile de libellule". Une véritable prouesse architecturale et technologique conçue par Rudy Ricciotti et Mario Bellini, un chantier pharaonique qui a duré quatre ans. Ce nouveau département a nécessité en tout 100 millions d'euros d'investissements dont 60 millions de mécénat.

Un voyage à travers 12 siècles sur trois continents

Après leur entrée par la Pyramide, les visiteurs pénètrent au rez-de-cour dans un premier espace baigné de lumière naturelle. Un escalier de béton noir conduit à un niveau plus sombre, réservé aux œuvres plus fragiles. Cuivres et bois arabes, bronzes, tissus et tapis, verres émaillés, ivoires sculptés, mosaïques et céramiques ottomanes trônent dans une succession de vitrines et de podiums élégants, autour desquels il est aisé de déambuler.

Ces joyaux des univers andalou, mamelouk, ottoman, persan - objets religieux mais surtout profanes, produits pour les élites, califes et sultans– couvrent le champ culturel d'un immense territoire, qui s'étend de l'Espagne aux confins de la Chine et sur une période de plus de mille ans, du VIIe au XIXe siècle.

  © Musée du Louvre

  © Musée du Louvre

Un parcours en forme de boucle

Sophie Makariou, directrice du département des Arts de l'Islam a choisi de simplifier le "voyage du visiteur". L'histoire de la civilisation islamique est contée simplement, sans nom de dynasties, dans un parcours chronologique en forme de boucle, à travers les thèmes de l'ornement, la calligraphie, la ville, l'architecture et les arts du livre. Quatre panneaux pédagogiques et cartes animées permettent de comprendre les conquêtes successives et les aspects fondamentaux des arts et de la culture de l'Islam, de la fondation du premier Etat en Arabie en 632 par Muhammad le Prophète, à l'apogée du monde islamique et du faste de ses trois empires modernes, entre 1500 et 1800.   

Sophie Makariou évoque la conquête arabe à travers les siècles  

Lecture
 
Partager

Point d'orgue de cette muséographie fluide et poétique conçue par Renaud Piérard, la reconstitution spectaculaire d'un porche mamelouk monumental, un puzzle de 300 pierres oubliées dans les réserves du musée depuis leur arrivée en France en 1889, et un mur de fleurs de 12 mètres,  "le mur du temps", composé de 572 carreaux de céramique ottomane.

Mur ottoman ou mur du temps (détail) " Mur de céramique ottomane " reconstitué dans les salles du Louvre Turquie, XVIe-XIXe © Musée du Louvre, dist. RMN / Raphaël Chipault

Infos pratiques :
Musée du Louvre, département des arts de l'Islam
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi et le 1er janvier. Nocturne jusqu'à 21h45 mercredi et vendredi
Entrée : 11 euros (billets entrée des collections permanentes), gratuit pour les moins de 18 ans, les moins de 26 ans résidant de l'UE, et le premier dimanche du mois

Par Claire Baudéan
aller directement au contenu