aller directement au contenu
  • Votre radio, vos favoris, vos alertes personnalisées

Arts de l'Islam, une étape décisive dans la stratégie du Louvre

le Mercredi 19 septembre 2012 à 19:56
Par Claire Baudéan

La Cour Visconti du Louvre © 2012 Musée du Louvre / Philippe Ruault

Né en 2003 d'une volonté de l'Etat français qui voulait conforter la "vocation universelle du plus grand musée du monde", le huitième département au Louvre consacré aux Arts de l'Islam, plus de 20 ans après le grand chantier de la Pyramide, est l'aboutissement d'un projet patrimonial et politique.

Ce huitième département du Louvre est né du constat effectué dès son arrivée en 2001 par Henri Loyrette, président-directeur du musée du Louvre : les arts de l'Islam, simple section du département des Antiquités orientales, ne disposaient pas de salles propres à valoriser cette collection. "Notre musée possédait l'une des plus belles collections au monde dans le domaine des Arts de l'Islam, mais un dixième seulement des œuvres étaient présentées, et faute de place, nous ne pouvions ni remonter les grands éléments d'architecture, ni déployer notre exceptionnelle collection de tapis. Il était indispensable qu'une civilisation si importante, touchant autant de siècles et de pays, ait enfin droit à des espaces dignes en qualité et en surface", explique Henri Loyrette.

Mais cette création ambitieuse, qui vient clore le dernier chapitre du Grand Louvre, a aussi un enjeu politique clairement assumé. Henri Loyrette entend "montrer la face lumineuse d'une grande civilisation" et souhaite que ce nouveau département "s'affirme comme un lieu d'éducation et de partage". 

Favoriser le dialogue des cultures et des civilisations

Le chantier du projet est lancé le 1er août 2003 quand le président Jacques Chirac annonce la création d'un huitième département patrimonial du Louvre. Le président a trois volontés : "conforter la vocation universelle" du musée du Louvre, "rappeler aux Français et au monde l'apport essentiel des civilisations de l'Islam à notre culture" et "favoriser le dialogue des cultures et des civilisations". 

La première pierre est posée le 16 juillet 2008, Nicolas Sarkozy, alors président de la République. Il affirme l'importance du projet "dans le cadre du dialogue entre les cultures et les peuples". Et le nouveau département voit enfin le jour sous la présidence de François Hollande. Lors de l'inauguration mardi, le nouveau président a souligné "un geste politique au service de l'harmonie, du respect et de la paix".

La vocation universaliste du Louvre

Forteresse médiévale à l'origine, devenu palais des Arts au XVIIIe siècle après avoir été un palais royal et impérial, le musée du Louvre, né à la Révolution en 1793, peut s'enorgueillir d'un nouvel écrin pour les Arts de l'Islam. Cour Visconti, les nouveaux espaces éclairent l'histoire peu connue jusqu'à aujourd'hui d'une collection prestigieuse.

Constituée à l'origine de quelques objets islamiques issus des collections royales, cette collection s'est véritablement constituée à la fin du XIXè et au début du XXè siècle, grâce à des amateurs et collectionneurs passionnés qui pour beaucoup étaient revenus du Caire avec des trésors. 

Fidèle à sa vocation universaliste, Le Louvre n'a eu de cesse depuis sa création, de faire dialoguer les époques et les civilisations entre elles, grâce aux 35.000 œuvres d'art que comptent ses huit départements patrimoniaux : Antiquités orientales, Antiquités égyptiennes, Antiquités grecques étrusques et romaines, Sculptures, Objets d'art, Peintures, Arts Graphiques, et aujourd'hui un vrai département pour les Arts de l'Islam.    

Henri Loyrette évoque la renaissance et l'importance de cette collection au sein de ce musée encyclopédique  

Lecture
 
Partager

S'élevant à près de 100 millions d'euros, le plus grand chantier du musée depuis la Pyramide de Pei a été financé au 2/3, par des donateurs et des mécènes, et par l'Etat français à hauteur de 31 millions d'euros.

Le Louvre du XXIe siècle résolument ouvert sur le monde

Le Louvre réaffirme en 2012 sa volonté d'aller de l'avant. Le musée qui s'enrichit d'œuvres nouvelles chaque année, grâce à une politique active de mécénat, réaffirme en ce début du XXIè siècle, sa volonté d'ouverture sur le monde. Le musée est présent sur tous les continents, avec ses expositions, ses chantiers de fouilles, ses expertises scientifiques et muséographiques.

En outre, le Louvre a signé un contrat de coopération culturelle sur 30 ans avec les Emirats arabes unis. Le chantier du Louvre Abu Dabi commencé en 2010 avec Jean Nouvel comme architecte, sera achevé en principe en 2015. Enfin Le Louvre Lens, musée de 20.000 m2 ouvrira  le 4 décembre 2012 dans le bassin minier de la région Pas-de-Calais.

Une ouverture géographique qui devrait encore accroître la fréquentation du Louvre. Le musée est aujourd'hui le plus fréquenté du monde  : 8,8 millions de personnes l'ont visité en 2011, dont 35% de  Français et 65% d'étrangers.

Par Claire Baudéan
aller directement au contenu