Ukraine : plus de quarante morts après des violences à Odessa

par Pierrick de Morel vendredi 2 mai 2014 20:55, mis à jour le samedi 3 mai 2014 à 06h45
Odessa a été le théâtre d\\\'affrontements violents entre pro-russes et pro-ukrainiens.
Reuters

Des affrontements entre pro-russes et partisans de l'unité ukrainienne ont fait plus de quarante morts vendredi à Odessa, ville du sud de l'Ukraine essentiellement russophone, où un bâtiment des syndicats a été incendié. La journée avait débuté avec l'assaut par l'armée ukrainienne de Slaviansk, ville pro-russe. L'attaque avait déjà fait plusieurs victimes.

Journée sanglante en Ukraine : après l'assaut meurtrier de Slaviansk dans la matinée, c'est à Odessa que plus de quarante personnes ont perdu la vie vendredi soir. 

Des affrontements entre pro-russes
et partisans de l'unité ukrainienne ont éclaté dans cette ville du sud de l'Ukraine essentiellement
russophone, où un bâtiment des syndicats a été incendié.

Une journée émaillée de violences

Les violences ont commencé lorsqu'un défilé de partisans des autorités
pro-européennes de Kiev et de l'unité du pays a été attaqué par des militants
pro-russes armés de battes de baseball, de chaînes métalliques et de pistolets.

La manifestation pro-Kiev, comptant environ 1.500 personnes, en grande
partie des supporteurs des clubs de football d'Odessa et de Kharkiv, a
été attaquée par plusieurs centaines de pro-russes casqués à coups de
matraques, de pierres et d'explosifs, et ce malgré une tentative
d'interposition de la police.
Selon les autorités municipales, ces violences ont fait quatre morts et une
quinzaine de blessés.

Dans la soirée, les pro-russes se sont barricadés dans la Maison des
Syndicats, qui a pris feu dans des circonstances peu claires alors qu'il était
assiégé par les pro-Européens : 31 personnes sont mortes intoxiquées par les fumées ou se sont tuées en sautant par les fenêtres.

Timochenko choquée

Si des violences similaires se sont produites ces dernières semaines dans
l'est du pays, en proie depuis des semaines à une insurrection armée pro-russe,
elles sont inédites pour Odessa, ville portuaire russophone d'un million
d'habitants située sur les bords de la mer Noire.

Il s'agit des pires violences depuis la destitution du président VIktor Ianoukovitch, en février dernier. "Aujourd'hui, c'est notre chère Odessa qui est visée. Des manifestants
pacifiques ont été attaqués par ceux qui veulent transformer l'Ukraine en une
zone de guerre et démanteler le pays
", s'est insurgée Ioulia Timochenko,
ex-Première ministre et candidate à la présidentielle prévue le 25 mai.

Kerry refuse de parler à Lavrov

Déjà divisés depuis le début de la crise, Etats-Unis et Russie risquent de voir leurs relations se tendre encore davantage après cet épisode.

Vendredi, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a
reporté un entretien téléphonique prévu avec son homologue russe
Sergueï Lavrov, au cours duquel le chef de la diplomatie russe souhaitait
aborder la situation en Ukraine. Une attitude jugée "irresponsable" par une source diplomatique russe.