Un manteau solidaire pour aider les sans-abri à lutter contre le froid

par Liza Kroh dimanche 21 décembre 2014 19:17
Site manteau d\\\'avenir
Capture d'écran du site "Manteau d'Avenir" © DR

Un manteau 2 en 1 qui se transforme en sac de couchage... Cette idée pourrait aider les SDF à supporter les assauts de l'hiver. Plus besoin d'empiler des couches pour lutter contre les températures les plus basses. Le projet "Manteau d'Avenir" est porté par la Croix Rouge, Femmes de Demain et Action Froid. De premiers exemplaires seront distribués samedi prochain lors de la maraude de Noël.

A première vue, c’est un sac en bandoulière. Déplié, c’est un manteau. Et quand on enlève les scratch, il se transforme en sac de couchage. Ce manteau duvet a été inventé par une styliste américaine. Et quand Christine Bruneau, présidente de l’association Femmes de Demain, découvre cette nouveauté, elle veut à tout prix l’adapter en France.  "Travailler sur un produit qui soit isolant du froid, protégeant aussi de la pluie, des intempéries et anti bactérien... J'ai trouvé que l'idée était très adaptée à ce qu'est notre précarité et notre pauvreté en France et en Europe", explique-t-elle. 

 
Pour l’instant, le vêtement n’en est qu’au stade de prototype. Pour Christine Bruneau, l’avenir, c’est l’économie solidaire. Le manteau est fabriqué avec des matériaux recyclés, à base de bouteilles en plastique et d’anciens uniformes de pompiers. Quant à la production, elle se veut 100 % française. "Dès le départ, je souhaitais être sur du "made in France". Faire en Chine, c'est très facile, ça coûte trois fois rien, mais je considère que sur un projet qui est lié à la solidarité, on est aussi dans la solidarité de l'emploi pour les entreprises françaises", poursuit-elle.
 
Les 70 prototypes de ce manteau duvet seront distribués samedi prochain pendant la maraude de Noël des associations Action Froid et Femmes de Demain à Paris. Mais la production coûte cher : comptez 167 euros pour un seul manteau duvet. Le projet  "Manteau d'Avenir" espère recevoir plus de dons à la fin de l’année pour lancer de nouvelles commandes.