Toulouse : toujours deux otages dans une banque CIC

par Clara Beaudoux mercredi 20 juin 2012 15:26, mis à jour le mercredi 20 juin 2012 à 15h50

Une prise d'otages est en cours dans une banque de Toulouse depuis 10h ce matin. Deux des quatre otages ont été libérés successivement en début d'après-midi. Le preneur d'otages se revendique d'Al-Qaïda, tient à faire savoir qu'il agit par "conviction religieuse" et pourrait souffrir de troubles psychiatriques.

A 14h40, puis 15h50, deux des quatre otages retenus depuis ce matin dans une agence CIC de Toulouse ont été libérés. Il s'agit de deux femmes. Le dialogue se poursuit pour libérer les deux autres, à qui les policiers ont pu apporter à boire et à manger depuis ce matin.

A 10h10 ce matin, un homme d'une trentaine d'années a tiré un coup de feu puis a pris en otage quatre personnes, dont le directeur de l'agence bancaire, située avenue Camille-Pujol, à Toulouse, à quelques centaines de mètres des lieux où Mohamed Merah a été tué il y a trois mois. "Il a déclaré qu'il avait des explosifs et des démineurs sont sur place", indique une source policière. Le périmètre de sécurité a été élargi à la mi-journée, une école a été évacuée et des bus sont détournés. Un deuxième coup de feu a été entendu peu après 15h30.

"Mon frère a la rage et a peur du monde extérieur"

L'auteur de la prise d'otages se réclame d'Al-Qaïda et a demandé la présence du Raid. Il tient à faire savoir qu'il agit par "conviction religieuse", a indiqué le procureur de la République de Toulouse Michel Valet, et "pas du tout pour l'argent". De source proche du dossier, on précisait que le preneur d'otages présumé était un "schizophrène" qui pourrait être "en rupture de traitement". Sa soeur doit se rendre sur place. "Mon frère, qui a 26 ans, avait été placé à la Ddass quand il était petit, a la rage et a peur du monde extérieur", a-t-elle précisé, interrogée à propos de troubles psychiatriques dont souffrirait son frère.

"Le preneur d'otages, identifié, tient à faire savoir que ses motivations relèvent de convictions religieuses" - Le procureur de la République de Toulouse

Hélène a deux filles dans l'école primaire juste en face de la banque, "pour l'affaire Merah ça avait été la même chose"...