Les "zones noires" de Vendée et de Charente-Maritime enfin dévoilées

par France Info mercredi 2 novembre 2011 00:00
cata
Radio France © France Info

Ces zones, où toute habitation existante devra être détruite, ont été présentées aux habitants concernés aujourd'hui. En voici la liste exhaustive.

Entre révolte et résignation, souvent les larmes aux yeux en tout cas... Les sinistrés de la tempête Xynthia ont commencé à prendre connaissance, aujourd'hui, du tracé des "zones noires", ces zones où toute habitation devra être détruite à l'avenir.
_ Des réunions d'information étaient prévues à l'Aiguillon-sur-Mer, La Faute-sur-Mer et Charron, trois des communes les plus touchées.

A L'Aiguillon-sur-Mer, 241 habitations, dont 25 résidences principales seront rasées. Certaines n'ont même pas été inondées, ce qui a provoqué la colère des habitants.

[scald=299615:sdl_editor_representation]

Dans l'après-midi, c'est à La Faute-sur-Mer - où 29 personnes sont mortes - que la réunion s'est tenue. 674 maisons devront y être démolies, dont 92 résidences principales.
_ Le maire a annoncé qu'il allait demander une révision du zonage - pour en réduire l'ampleur.

[scald=299693:sdl_editor_representation]

A Charron, en Charente-Maritime, les personnes habitant en "zone noire" devaient être convoquées individuellement à la mairie ce soir. Plus de 150 maisons seraient concernées.

[scald=99369:sdl_editor_representation]

Au total, près de 1.400 parcelles seront rendues à l'état naturel en Charente-Maritime et en Vendée.

Les préfets des deux départements, en première ligne aujourd'hui, ont précisé que le tracé n'était pas franchement négociable. Car ces zones, disent-ils, représentent un "danger de mort avéré".
_ Ce que ne disait pas exactement ce matin Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat aux Transports ET président du conseil général de Charente-Maritime (voir article), qui prétendait que rien n'était figé...

L'Etat rachètera donc les maisons et, si nécessaire, procèdera à des expulsions. Combien les sinistrés peuvent-ils espérer ? 250.000 euros par maison en moyenne, répond le président des sociétés d'assurance. Un budget de 300 à 400 millions d'euros est prévu, tiré du Fonds Barnier qui indemnise les victimes de catastrophes naturelles.

     

Voici le détail de toutes les zones concernées :

En Vendée

En Charente-Maritime

Oeuvres liées