Geste de la "quenelle": le hacker du site de Dieudonné parle

par Sophie Parmentier vendredi 20 décembre 2013 12:42, mis à jour le vendredi 20 décembre 2013 à 16h00
Radio France

TEMOIGNAGE FRANCE INFO | Il parle. Pour la première fois, le hacker du site de Dieudonné a accepté de s'exprimer dans un micro. Sa motivation : "démasquer les quenelliers", ces gens qui font un geste antisystème pour les uns, clairement antisémite pour les autres, et qui le postent sur le Web. Le pirate a récemment exposé publiquement les noms et adresses e-mail de milliers de ces "quenelliers". Son but est aussi de "nuire financièrement à Dieudonné". Qui n'a pour l'instant pas porté plainte.

Une guerre numérique est en train de
se jouer. D'un côté, un hacker, qui a récemment piraté les bases de données du site de Dieudonné, et continue de le rendre indisponible. Le site était, en effet, encore inaccessible ce vendredi matin. De l'autre côté, des aficionados de l'humoriste
controversé, qui ont répondu en attaquant en retour le blog du hacker. Lui
aussi indisponible depuis quelques heures.

Au cœur de la controverse, cette fameuse
"quenelle"
. Dieudonné l'a inventée pour la première fois en 2005, dans l'un de ses spectacles. En 2009, aux élections européennes, elle apparaît sur l'affiche de sa "liste antisioniste". Huit ans plus tard, ses fans ne cessent de publier des photos sur Internet, prenant la pose, un bras
tendu vers le sol, l'autre main pointée vers l'épaule opposée.

"J'ai voulu démasquer les 'quenelliers'"

Sur le site officiel de l'humoriste, une rubrique entière est réservée à ces photos de fans. Des clichés pris apparemment partout en France, partout dans le monde. Beaucoup de jeunes hommes, une partie à visage découvert, la majorité à visage caché. Il y en a des dizaines et des dizaines. Certaines sont prises devant des synagogues, voire à Auschwitz.

Une provocation à la haine insupportable aux yeux d'un militant antiraciste, qui a décidé de pirater le site internet de Dieudonné. France Info a réussi à retrouver ce hacker, qui a accepté de parler au micro exceptionnellement, à condition que sa voix soit déformée. Pour l'anecdote, si vous tentez de rappeler cet homme, vous tombez sur le standard... de l'Elysée. Il revendique fièrement son acte. Et explique comment il a pu pirater, en un clin d'œil, le site Internet de l'homme de spectacle.

"Je fais ça pour bâillonner un politique antisémite, pas un artiste" (Le hacker du site de Dieudonné)  
 

"J'ai pu constater qu'il y avait une
faille et, en quelques minutes, j'ai eu la base de données,
fanfaronne-t-il. J'ai voulu
démasquer les 'quenelliers' en diffusant leurs noms, prénoms, adresses,
adresses e-mail... Deuxièmement, j'ai voulu nuire à Dieudonné financièrement, étant donné qu'il vit en grande partie grâce à son site, grâce à Internet.
"

10.000 adresses récupérées

Cela fait maintenant trois jours que des centaines d'identités
de "quenelliers" sont ainsi jetées en pâture, sur la toile : en particulier les
noms de ceux qui ont envoyé une photo d'eux faisant ce geste de la quenelle,
mais aussi de tous les abonnés à la newsletter de Dieudonné et de tous ceux qui
ont commandé un objet sur sa boutique en ligne. Soit près de 10.000 adresses en
tout.

Conséquence directe de "l'hacktivisme" du pirate informatique : cette semaine, en Meurthe-et-Moselle, trois pompiers ont fait l'objet d'une enquête de la part de leur hiérarchie. Une page Facebook de soutien a été ouverte pour les trois soldats du feu.

Ce pirate informatique, qui attaque
frontalement Dieudonné, pourrait risquer des poursuites pour son acte et pour atteinte à la vie privée. Il est très probable que l'humoriste va porter
plainte. Même si, pour l'instant, son avocat historique, maître Verdier, ne l'a
pas fait. Ni aucun de ses quatre autres conseils. Les personnes
exposées seraient aussi en droit de déposer plainte contre " X ".

"Pas un salut nazi, comme c'est décrit dans les médias"

Reste à savoir si la "quenelle" est vraiment antisémite. Pour beaucoup, il ressemble à un salut nazi déguisé. En tant que tel, le
geste, quand il a été inventé, se voulait une évocation d'une "sodomie". "Glisser une
quenelle", c'est se rebeller contre les puissants. "C'est juste un geste contestatoire (sic), mais pas un salut nazi comme c'est décrit dans les médias", nous assure un "quenellier" anonyme que nous avons pu joindre grâce à la base de données piratée.

Sauf qu'en 2009,
Dieudonné a choisi, pour l'affiche de campagne de sa "liste antisioniste" aux élections européennes, de se photographier en faisant le geste. Un geste qui a alors pris un sens nouveau.

Publié

L'affiche de campagne de Dieudonné © DR

L'humoriste
controversé a recueilli un nouveau soutien de poids, jeudi soir, en la personne
de Tarik Ramadan. Sur sa page Facebook, le philosophe et théologien de l'Islam,
explique "qu'oser prétendre
qu'il s'agit d'un salut nazi inversé est une supercherie".
Il poursuit : "Le
signe de la quenelle veut dire : 'Cessez de nous prendre pour des
imbéciles, nous ne nous laisserons ni manipuler ni faire !'"

En tout cas, geste antisémite ou pas, pour le moment, les "quenelliers" ne risquent que peu de choses. "Une personne qui reproduit ce geste seul, sans l'accompagner de paroles... Je ne suis pas sûre qu'elle puisse être poursuivie", admet Sabrina Goldman, avocate de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme. "Mais Dieudonné lui-même qui, lors d'un de ses spectacles, accompagne ce geste de propos qui sont eux-mêmes outrageants et illustrent ce que serait la 'quenelle', pourrait tout à fait faire l'objet d'une injure publique à caractère racial !"

"Le hacker "anti-quenelle" parle", reportage de Sophie Parmentier et Louis Colart