La garantie universelle des loyers enterrée par le gouvernement, selon la CLCV

par Rédaction de France Info vendredi 8 janvier 2016 12:15
Illustration location appartement
Photo d'illustration © PHOTOPQR/VOIX DU NORD

Plus d’un an et demi après l’adoption de la loi Alur porté par l’ex ministre du Logement, Cécile Duflot, la garantie universelle des loyers (GLU) devait entrer en vigueur au 1er janvier 2016, mais les décrets d'application ne sont pas parus, dénonce l’association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV) sur France info.

Pour David Rodrigues, responsable juridique de l’association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV), il ne fait aucun doute que "les compagnies d’assurances ont fait pression" pour faire disparaitre cette garantie, prévue par la loi Alur.  "Il y avait une perte financière" pour les assurances selon David Rodrigues puisqu'elles proposent déjà ce type de garanties, a-t-il déclaré sur France Info vendredi matin.

"On a l’impression que les pouvoirs publics cherchent à faire oublier cette mesure" 

La garantie universelle des loyers (GLU) est un système obligatoire pour faciliter l’accès au logement aux plus modestes et sécuriser les bailleurs en proposant une garantie contre les loyers impayés. Cette mesure sociale, dans la lignée du plafonnement des loyers, semble pourtant avoir été glissée sous le tapis par le gouvernement, estime l'association de consommateurs.

Le juriste a regretté qu’il n’y ait pas eu "de débat sur le financement. Il y a eu tellement d’opposition qu’au final le texte a été mis de côté. On a l’impression que les pouvoirs publics cherchent à faire oublier cette mesure", indique David Rodrigues. Il admet qu’il existe  "des garanties alternatives qui sont intéressantes sur le papier mais, dans les faits, elles ne marchent pas parce qu’elles sont facultatives. Le propriétaire ne souhaite pas passer par un organisme tiers.  Il préfère demander une caution physique", poursuit-il.

Mais pour la CLCV, seule une garantie universelle obligatoire des loyers sécurise les bailleurs et facilite l’accès au logement des plus modestes. Une sélection financière des propriétaires qui n’aurait plus lieu d’être par le caractère universel de la loi qui mutualiserait les risques.

Mais où est passée la garantie universelle des loyers ? Interview de David Rodriguez, le responsable juridique de la CLCV, par Marie Bernardeau