François Chérèque : "Les Français confondent service civique et service militaire"

par Rédaction de France Info lundi 9 mars 2015 13:11, mis à jour le lundi 9 mars 2015 à 13h58
François Chérèque est contre un service civique obligatoire
François Chérèque est contre un service civique obligatoire © REUTERS / Charles Platiau

Le service civique a été créé, il y a cinq ans, en mars 2010, a séduit déjà 85.000 jeunes. Selon un sondage, OpinionWay/Metronews, près de sept Français sur dix sont favorables à un service civique obligatoire. Une idée que ne partage pas François Chérèque, président de l’Agence du service civique.

Cinq ans jour pour jour après la mise en place du service civique, l’enquête OpinionWay/Metronews montre que 69% des Français souhaitent que le service civique, actuellement volontaire, devienne obligatoire pour tous les jeunes âgés de 18 à 25 ans, (38% "oui, tout à fait" et 31% "oui, plutôt"). Ils sont 31% à vouloir le contraire (21% "non, plutôt pas", 10% "non, pas du tout").
 
"Les Français confondent service civique et service militaire", estime François Chérèque, président de l'Agence du service civique.
 
"On ne peut pas obliger un jeune à faire le service civique parce que le sens même de l’engagement et du volontariat et quelque chose qui par principe est positif dans l’engagement et ce n’est pas pareil si on oblige les jeunes."

Des jeunes représentatifs du pays

Les volontaires au service civique sont majoritairement des femmes : 56% et leurs profils sont très variés. "C’est monsieur et madame tout le monde entre 16 et 25 ans. C’est autant de jeunes sans qualifications que de jeunes avec Bac + 4. Les jeunes en service civique sont très représentatifs de la jeunesse de notre pays."
 
François Chérèque regrettent que "ces jeunes d’origines différentes ne se rencontrent pas toujours sur le terrain. Parfois, ils sont un peu isolés dans des associations." Mais il a bon espoir qu’avec les grands programmes dans les hôpitaux, l’environnement, il  y ait "vraiment du brassage social."
 
Après avoir effectué leur service civique, "la grande majorité des jeunes ont ensuite une vision de l’entourage, et de la société beaucoup plus positive. Les trois quarts sont prêts à s’engager autour d’eux pour aider ceux qui en ont besoin.

Pas un substitut d’emploi

On entend parfois que les volontaires au service civique seraient amenés à travailler dans les entreprises. Un fait que nie François Chérèque. "Il n’y aura pas de jeunes en service civique dans les entreprises. Ce ne sont pas des contrats aidés. Ils sont ou dans les associations ou dans les services publics. On veille à ce que ce ne soit pas de la substitution d’emploi."

"On ne peut pas obliger un jeune à faire le service civique", déclare François Chérèque, président de l'Agence du service civique, au micro de Raphaëlle Duchemin