Agression à la SNCF : le contrôleur dans un état stable, le suspect "ne se souvient pas"

par France Info mercredi 2 novembre 2011 00:00
Ressource image - 450713
Radio France © RADIO FRANCE / Pierre Neveux

Le contrôleur poignardé à huit reprises est actuellement dans un état stable au CHU de Besançon. "Aucune complication n'est intervenue après son intervention chirurgicale", ont indiqué les médecins. L'homme de 54 ans avait été agressé hier matin dans un train Lyon-Strasbourg. De son côté, le suspect est toujours en garde à vue. Il a indiqué aux policiers qu'il ne se souvenait de rien. Il sera présenté demain au parquet de Besançon en vue d'une mise en examen.

Actualisé à 16h15 avec présentation du suspect au parquet demain samedi.

L'état du contrôleur poignardé est resté "stable pendant la nuit". C'est ce qu'indique le CHU de Besançon où l'homme de 54 ans a été transporté, après avoir été agressé par un passager. "Aucune complication n'est intervenue après l'intervention chirurgicale", précise un communiqué.
Aucun organe vital n'a été touché, mais le contrôleur souffre d'une dizaine de plaies, dont les plus graves au thorax ainsi qu'une, "inquiétante", au
visage, selon le procureur de Besançon. Il a été victime de huit coups de couteaux lors d'un contrôle dans un train Lyon-Strasbourg hier jeudi matin.

Le suspect présenté demain au parquet

De son côté, l'agresseur présumé est toujours en garde à vue à la Brigade de gendarmerie de L'Isle-sur-le-Doubs. Il s'agit d'un homme de 27 ans, célibataire, sans enfant, sans emploi et domicilié à Mulhouse (Haut-Rhin). Il a été entendu par la police et dit qu'il "ne se souvient pas" de ce qui s'est passé. "Il ne se souvient pas du contrôle, ni même être monté dans le train", a expliqué le procureur de Besançon Alain Saffar. Selon lui, l'homme était légèrement alcoolisé au moment des faits (il avait 0,40g par litre de sang au moment de son interpellation hier matin). Il présentait un " état d'excitation important au moment des faits", suivi d'"une certaine froideur, un certain détachement" après l'agression, selon les témoins de la scène.

[scald=364625:sdl_editor_representation]

Le suspect a déjà été condamné et incarcéré brièvement trois fois. Le procureur a tenu à préciser qu'il avait également connu de brèves hospitalisations dans des services psychiatriques.

Il a justement été examiné cet après-midi par un psychiatre à l'institut médico-légal de Besançon. Celui-ci a conclu que le suspect présentait des "troubles certains, des
défauts de contrôle de ses pulsions et de ses actes", mais que son état était
"compatible avec la garde à vue et une éventuelle incarcération ".
_ Le procureur a donc annoncé que l'homme serait présenté demain samedi au parquet de Besançon, en vue d'une mise en examen "pour tentative d'homicide volontaire aggravé".

Clara Beaudoux, avec agences