Vers un remaniement gouvernemental a minima

par Louise Bodet jeudi 21 juin 2012 06:12
Jacky Naegelen Reuters

De retour de Rio, François Hollande doit valider le (petit) remaniement post-législatives. Sa composition sera annoncée en fin de journée.

Pas de révolution en vue, faute d'abord de portefeuilles disponibles. Seuls deux ou trois ministères délégués resteraient à pourvoir : le commerce extérieur, la formation professionnelle, voire la santé, actuellement couplée aux affaires sociales.

Qui pour occuper ces postes ? En tout cas, pas de communistes : ils ont voté hier à une écrasante majorité le refus d'entrer au gouvernement. Reste... un ex-communiste, rallié à françois hollande : Robert Hue. Qui aurait sa place, à entendre le ministre délégué aux relations avec le Parlement, Alain Vidalies.

Pour le reste, les marges de manœuvre sont limitées. Les 24 ministres engagés dans la bataille des législatives ont tous été élus, et ont donc sauvé leur portefeuille. Quant à Marylise Lebranchu, pourtant pressée d'accepter le perchoir de l'assemblée, elle aussi reste à son poste.

Autre jeu de chaises musicales très commenté ces dernières heures : Alain Rousset serait nommé au Commerce extérieur, afin de libérer la présidence de l'Association des régions de france au profit de... Ségolène Royal, qui a vu Jean-Marc Ayrault hier à Matignon. Sauf que le patron de la région Aquitaine ne veut pas d'un ministère délégué. Et semble peu enclin à aider sa collègue de Poitou-Charentes, qui par deux fois a tenté de lui ravir le poste.