Valls répond à Aubry : "Il n'y a pas un début de proposition"

par Rédaction de France Info jeudi 25 février 2016 17:37
Valls Aubry
Manuel Valls avait rencontré Martine Aubry à Lille en mars 2015 © MaxPPP

Le Premier ministre n'a pas du tout apprécié la tribune signée par Martine Aubry, avec d'autres personnalités de gauche. Manuel Valls déplore ce jeudi "une remise en cause générale, globale" de sa politique à Matignon.

Il a choisi le même mode d'expression : une déclaration dans le journal Le Monde. Manuel Valls n'aura pas tardé à répondre au texte co-signé par Martine Aubry intitulé "Sortir de l'impasse". Et lui aussi ne mâche pas ses mots. Le Premier ministre dénonce une "tribune de proclamation""il n'y a pas un début de proposition". 

Il ne goûte guère de "cette remise en cause générale, globale" de sa politique depuis qu'il est arrivé à Matignon. "Ce n'est plus seulement l'échec du quinquennat qui se profile mais un affaiblissement durable de la France qui se prépare", écrivaient mercredi les signataires de la tribune dans Le Monde. Dans leur viseur, il y avait en premier lieu le projet de réforme du travail porté par Myriam El Khomri, ou encore le débat sur la déchéance de nationalité et le pacte de responsabilité. 

"Je ne suis pas un pousse-au-crime"

Mais pour Manuel Valls, ce texte aura au moins eu un avantage : celui d'obliger "tout le monde à clarifier et à assumer". A aucun moment le chef du gouvernement ne pense faire machine arrière sur la loi El Khomri. Déjà, parce qu'il œuvre avec le soutien de François Hollande : "Je ne suis pas un pousse-au-crime. Le président a décidé de ces arbitrages". Et puis parce que revenir sur sa position serait considéré comme un aveu de faiblesse : "Ce serait non seulement dommageable pour le président et pour moi, mais aussi pour le pays".

A LIRE AUSSI ►►►Martine Aubry : "La gauche progressiste, la gauche moderne, c'est nous"