Réforme fiscale : l'opération commando de Jean-Marc Ayrault

par Anne-Laure Dagnet mercredi 20 novembre 2013 09:46
Charles Platiau Reuters

La grande réforme fiscale promise par François Hollande aura donc bien lieu. Elle a été annoncée ce mardi par le Premier ministre. Et il a précisé ce mercredi qu'il recevrait les partenaires sociaux les 25 et 26 novembre prochain. Alors que la droite a aussitôt dénoncé une manœuvre politique, la gauche applaudit. Opération commando réussie pour un exécutif impopulaire et critiqué jusque dans son propre camp.

Lundi soir ils sont une dizaine à
attendre Jean-Marc Ayrault dans un salon de Matignon. Il y a là cinq ministres,
des dirigeants du parti socialiste et les présidents de groupe à l'Assemblée et
au Sénat. Le Premier ministre arrive avec trois quarts d'heure de retard et il
leur apprend qu'il va annoncer la réforme fiscale dans une interview aux Echos
le lendemain matin.

Faire vite pour stopper le ras-le-bol fiscal

En fait Jean-Marc Ayrault était au téléphone avec François
Hollande depuis Jérusalem pour relire ses déclarations. Une nouvelle fois, le
couple exécutif se passera de l'avis des ministres. Pas le temps de consulter,
ni de prévenir le principal intéressé à Bercy, il fallait faire vite, pour
stopper le ras-le-bol fiscal qui se répand à travers toute la France. Il
fallait aussi désamorcer la grenade de la TVA qui commence à agréger les
mécontents.

Pendant que le président voyage

Et c'est le Premier ministre qui a pris les rênes cette fois, le
placide Jean-Marc Ayrault se met en avant, avec la bénédiction de François
Hollande qui préfère prendre de la hauteur. Le président voyage à l'étranger et
laisse son Premier ministre jouer les premiers rôles sur le front.

A LIRE AUSSI >>> Un débat fiscal plutôt qu'un remaniement