Le pape s'immisce dans la campagne américaine, Donald Trump réagit

par Mathilde Imberty vendredi 19 février 2016 11:00
pape François et Trump
© AP/Sipa/Maxppp. En revenant du Mexique, le Pape François a donné son avis sur les idées de Donald Trump, candidat à la présidence américaine.

Le pape François s’invite malgré lui dans la campagne présidentielle américaine. Interrogé par des journalistes à bord de l’avion qu’il le ramenait du Mexique jeudi, il a estimé que Donald Trump n’était "pas chrétien", en réponse aux positions anti-immigrés du candidat à la primaire républicaine.

Alors qu’il revient de Ciudad Juarez, à la frontière mexico-américaine où il a dénoncé la tragédie humaine des migrations forcées, le pape François est interrogé sur son vol retour vers Rome. Un catholique doit-il voter pour Donald Trump ? Et que pense le pape des propos du candidat à l’investiture républicaine de construire un mur le long de la frontière et d’expulser des millions d’émigrés ?
"Une personne qui veut construire des murs et non des ponts n’est pas chrétienne, ça n’est pas dans l’évangile. Et puis vous me demandez si je conseille de voter pour lui, je ne m’en mêle pas. Je dis seulement que si cet homme dit ces choses-là, il n’est pas chrétien" a-t-il répondu.

Pour le Pape, Donald Trump n'est pas chrétien. Un reportage de Mathilde Imberty

Un pape "trop politique"

Dire que Donald Trump n’a pas apprécié les propos du pape François est un euphémisme. Il a très vite réagit par communiqué.
"Je suis fier d’être chrétien, aucun leader, surtout un leader religieux ne devrait avoir le droit de mettre en doute la foi de quelqu’un ». Il a également ajouté que « si le Vatican était attaqué par l’Etat Islamique, le pape ne pourrait que prier pour que Donald Trump soit président".

Donald Trump avait déjà critiqué il y a quelques jours la visite du pape François au Mexique, accusant le souverain pontife de se montrer trop politique et de ne pas comprendre le danger que représente pour les Etats-Unis cette frontière ouverte avec le voisin mexicain.  Hier, il est allé encore plus loin, en affirmant que le pape avait été instrumentalisé par le gouvernement mexicain : "Ils se servent du pape comme d’un pion, ils devraient avoir honte, surtout quand l’immigration illégale est aussi généralisée, et dangereuse, mauvaise pour les États-Unis3.

On ignore si les propos du pape questionnant la foi de Donald Trump peuvent avoir une influence sur les électeurs républicains, mais les catholiques sont considérés comme des électeurs décisifs dans certains Etats. Signe que cette affaire est considérée comme un terrain glissant, ses rivaux républicains hésitent à s’immiscer dans le débat…

Pour Trump, le Pape se montre trop politique. Un reportage de Charlotte Alix