Place de la Concorde, Nicolas Sarkozy veut revoir le rôle de la BCE

par Pierre Breteau dimanche 15 avril 2012 16:46
Philippe Wojazer Reuters

Une semaine tout juste avant le premier tour, dans son discours place de la Concorde devant plusieurs milliers de personnes, le président candidat veut ouvrir "le débat" sur le rôle de la Banque centrale européenne dans la croissance de l'UE.

Les proches du président en campagne avait annoncé "un moment historique" place la Concorde. Au finale seules quelques références historiques, à la bataille de Valmy en 1792 ou au rôle de Victor Hugo, mais pas d'annonce marquante. Nicolas Sarkozy, toujours pronostiqué second à l'issue du deuxième tour, annonce néanmoins qu'il veut revoir le rôle de la BCE :

"Je veux poser non seulement le problème des frontières mais aussi celui du rôle de la Banque centrale dans le soutien à la croissance. Car si l'Europe ne veut pas perdre pied dans l'économie mondiale, elle doit absolument renouer avec la croissance."

Devant plusieurs dizaines de milliers de partisans (100.000 selon Jean-François Copé), Nicolas Sarkozy pointe du doigt "les limites des règles fixées dans le traité de Maastricht". La principale fonction de la BCE est d'être la gardienne de l'orthodoxie budgétaire des pays signataires, afin de surveiller l'inflation.

Nicolas Sarkozy demande "au peuple de France" de ne pas "avoir peur". À son meeting, place de la Concorde, à Paris. (00:00:30)
 

S'agirait-il d'une réponse à la proposition de François Hollande de renégocier le traité de discipline budgétaire signé en mars ? Un projet de renégociation que le président candidat avait dénoncé.

Avant de quitter la tribune, Nicolas Sarkozy lance à ses soutiens : "Françaises, Français, aidez-moi. Aidez la France. C'est ici place de la Concorde, c'est maintenant."

Nicolas Sarkozy est venu "s'adresser à la foule silencieuse" : analyse du discours par Yannick Falt