"Péage de transit" : "Tous les projets seront financés" (M.Sapin)

par Jean Leymarie lundi 23 juin 2014 09:18

"Tous les projets seront financés" (M.Sapin)

Le lundi 23 juin 2014

Le ministre des Finances était l’invité de Jean Leymarie, ce lundi matin. Michel Sapin évoque la sanction américaine pour BNP Paribas, la nouvelle version de l’écotaxe en assurant que "tous les projets seront financés" et le dossier Alstom. Sur ce point, le ministre juge "la présence active de l’Etat nécessaire".

Le ministre des Finances a abordé sur France Info la question des ressources de feu l'écotaxe. Le nouveau système appelé "péage de transit" concernera les poids-lourds de plus de 3,5 tonnes et il sera limité à 4.000 km contre 15.000 dans le projet précédent.

Moins de recettes pour le "péage de transit"

L’écotaxe est morte et enterrée, le gouvernement a annoncé un nouveau dispositif appliqué à partir de janvier 2015. Michel Sapin annonce que "tous les projets seront maintenus", même si le nouveau dispositif rapportera moins pour l’entretien, la construction des routes et le financement de projets de transports en commun.
Il est question de 500 millions d’euros annuels eu lieu de 800 millions.
Le ministre des Finances estime qu’il faudra certes trouver "d’autres sources de financement", mais que "tous les projets prévus seront assurés". Quelles nouvelles ressources ? "peut être à partir des péages", mais rien n’est arrêté.
En revanche, il n’est pas question d’écarter Ecomouv, la société avec laquelle le contrat a été négocié sous Nicolas Sarkozy.

"Le contrat sera forcément renégocié et l’œil de l’Etat sera présent, nous verrons s’il est nécessaire de rentrer au capital pour surveiller la bonne gestion de la perception de l’impôt."

 

Le dossier Alstom : pas de nationalisation

L'Etat a annoncé son intention d'entrer à hauteur de 20% dans la capital d'Alstom, dont la branche énergie va être rachetée par General Electric. "On ne nationalise rien" dit le ministre.

"Rentrer à 20% dans le capital , c’est peser, mais pas nationaliser. Une présence active est nécessaire ".

 Le groupe BNP Paribas sanctionné aux Etats-Unis

Le groupe financier serait proche d'une transaction avec les autorités américaines, le montant oscillerait entre 8 et 9 milliards de dollars. La banque française est soupçonnée d'avoir traité avec des pays faisant des l'objet de sanctions de la part des USA. Michel Sapin souhaite "qu’un accord soit proche".  "Nous avons joué notre rôle, auprès des Etats-Unis".

"Attention, punir le passé peut-être, punir l’avenir, non."