Manuel Valls s'apprête à révoquer le commissaire Neyret

par Gilles Halais vendredi 7 septembre 2012 09:18
Christophe Morin Maxppp

"À ce niveau-là, un policier doit être exemplaire", estime Manuel Valls (sur RTL). Et le patron de la PJ lyonnaise ne l'a pas été, "c'est assez évident", poursuit le ministre de l'Intérieur, qui devrait prononcer dans la journée la révocation du commissaire Neyret.

"Je prendrai la décision quand le recevrai le rapport et le
procès-verbal du conseil de discipline, sans doute aujourd'hui. J'agirai en
regardant de près ce dossier",
déclare ce vendredi Manuel Valls.
Mais le ministre de l'Intérieur semble s'être déjà fait une idée : "Au-delà
des carrières qui sont parfois de très grande qualité, à ce niveau-là, un
policier doit être exemplaire".
Manuel Valls semble donc balayer d'un revers de la main la ligne de
défense du commissaire Neyret et de ses avocats : un "dérapage" récent, au terme de 30
années d'une "brillante carrière" de grand flic.

Mardi, le conseil de discipline a requis la révocation, sanction la
plus élevée qui ne priverait toutefois pas l'ex-commissaire de ses droits à la retraite. Sanction pourtant qualifiée d'"infamante" par ses avocats, qui espéraient encore
une décision plus clémente comme une mise à la retraite d'office.
Mais dans 90 % des cas, les avis du "tourniquet", surnom du
conseil de discipline, sont suivis par les ministres.

Michel Neyret, 56 ans, figure emblématique de la PJ, a été mis en
examen en octobre 2011 notamment pour corruption, trafic d'influence,
association de malfaiteurs ou encore trafic de stupéfiants. Il a été remis en
liberté en mai dernier après huit mois de préventive à la prison de la Santé
(Paris).
Placé depuis sous un strict contrôle judiciaire, il vit dans l'Est de la France
où il pointe tous les jours à la gendarmerie.