Le socialiste Manuel Valls veut "déverrouiller les 35 heures"

par France Info mercredi 2 novembre 2011 00:00
home_theme
Radio France © France Info

On la croyait apaisée. La polémique sur les 35 heures vient d'être relancée... Manuel Valls, candidat aux primaires du PS pour la présidentielle de 2012, se dit favorable à une réforme de la loi créée par Martine Aubry. Une proposition qui va à contre-courant du parti socialiste.

"Travailler plus pour gagner plus". Manuel Valls reprend à son compte le fameux slogan de Nicolas Sarkozy. Le député socialiste de l'Essonne jette un pavé dans la mare, en proposant de "déverrouiller les 35 heures" : "Nous devons nous poser la question de l'augmentation du temps de travail" pour "relancer la croissance", assure Manuel Valls.

[scald=331091:sdl_editor_representation]

Après avoir dévoilé ses ambitions présidentielles et déclaré sa candidature aux primaires socialistes, le député de l'Essonne s'oppose frontalement à la patronne du PS : c'est en effet Martine Aubry qui a mené la réforme des 35 heures en 2000 quand elle était ministre du Travail du gouvernement Jospin.

[scald=331093:sdl_editor_representation]

La déclaration de Manuel Valls n'a pas échappé à la majorité... "Peut-être
qu'il faudrait que Martine Aubry parle avec Manuel Valls" glisse ainsi la ministre de l'Ecologie Nathalie
Kosciusko-Morizet. "Je note que Manuel Valls a le courage, parfois seul contre tous dans son
propre camp, de rejoindre les thèses que je défends" réagit pour sa part le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé.

Chez les économistes, le débat se poursuit. Selon les partisans de la loi, les 35 heures ont le mérite de consacrer les fonds publics - la réduction du temps de travail étant subventionnée - à l'embauche et à l'emploi. Pour eux, elles favorisent aussi l'emploi dans le tourisme et l'hôtellerie.
_ Les détracteurs de la loi estiment qu'elle pèse sur la
compétitivité et désorganise certains services publics. Ils
disent préférer subventionner les heures supplémentaires.