La parité, grande absente des législatives

par Nastassia Solovjovas jeudi 7 juin 2012 14:10, mis à jour le vendredi 8 juin 2012 à 23h10
Francois Lafite Maxppp

Dans plus de 70 % des 577 circonscriptions, les électeurs n'ont jamais mis un bulletin portant le nom d'une femme dans l'urne. Et la situation ne s'améliore pas.

Des champs à perte de vue. Au loin, une église. Juste au
dessus, une petite flèche noire avec écrit : "ici une femme aurait
pu être élue, mais c'est un homme qui va se présenter. Comme depuis 30 ans".

Cette phrase est tirée de la nouvelle campagne lancée par l'association "Osez le
féminisme"
.

A la veille du premier tour des législatives, le
constat est accablant : seulement 18,9 % de femmes à l'Assemblée Nationale. Grâce à la loi du 6
juin 2000
 sur la parité, la France est pourtant considérée comme
précurseur. Précurseur, mais mauvaise élève.

Absence de parité dans l'hémicycle, mais aussi sur les
listes électorales. Si l'égalité hommes femmes est plutôt respectée aux élections
municipales, régionales ou européennes, ça n'est pas le cas aux législatives. La
liste des circonscriptions n'ayant jamais présenté de Madame ou Mademoiselle
est longue. 413 sur 577.

La carte de France a mauvaise mine. Parmi les
plus indisciplinés, l'Auvergne, la Corse ou encore la Martinique. Aucune femme
n'a jamais été inscrite sur un bulletin de vote aux législatives dans ces trois
régions.

La situation ne s'améliore pas. Cette année, 40 % de femmes
sont candidates contre plus de 41 % en 2007 selon l'Observatoire de la parité entre les hommes et les femmes. A croire que
les partis préfèrent payer l'amende. Quatre millions d'euros pour l'UMP et 500 000
pour le PS en 2007. Seul Europe Ecologie les Verts respecte
la loi. Le Front de gauche et le Front Nationale frôlent eux les 48 %. Le Parti
Socialiste en présente plus de 45 %. En bas de la liste, l'UMP avec 25,7 %.

Ces chiffres placent la France au 20eme rang européen, loin
derrière la Suède, la Finlande et les Pays-Bas qui atteignent presque la parité
absolue. Sexisme ou vraie difficulté à remplir les quotas, il reste en tout
cas à la France encore du travail pour devenir la première de la classe. 

La France fait partie des mauvais élèves en Europe. © IDÉ