François Hollande : "Toutes les enquêtes autour de la catastrophe de Brétigny-sur-Orge seront publiques"

par Pierrick de Morel vendredi 12 juillet 2013 21:33, mis à jour le vendredi 12 juillet 2013 à 21h40
Kenzo Tribouillard Reuters

Le président de la République s'est déplacé vendredi soir à Brétigny-sur-Orge après le déraillement d'un Corail Intercités qui reliait Paris à Limoges. Après avoir discuté avec des blessés, il a affirmé que l'enquête autour de cet accident serait transparente.

Comme le président de la SNCF Guillaume Pépy avant lui, le président de la République François Hollande a expliqué vendredi en marge de son déplacement à Brétigny-sur-Orge qu'on ne connaissait toujours pas les raisons du déraillement du Corail Intercités n°3657 entre Paris et Limoges.

Il a écarté la piste d'un "ouvrage abimé", expliquant que des travaux n'avaient pas eu lieu sur les voies au cours des derniers jours. "Evitons toute polémique inutile" , a-t-il insisté.

Trois enquêtes ont été diligentées : une sous l'autorité de la justice, une du ministère des Transports et une troisième de la SNCF. "Tous les résultats seront publics pour qu'il n'y ait aucun doute sur ce qui s'est produit", a également assuré le chef de l'Etat.

"Toutes les enquêtes seront publiques", affirme François Hollande  (00:00:55)

Il a expliqué que la gare serait fermée pendant trois jours pour des travaux, précisant qu'il avait demandé que "ceux-ci puissent être engagés dans un délai le plus court possible."

Soutien aux blessés et aux secouristes

Le président de la République a apporté son soutien aux blessés et aux familles des victimes.

"Pensons aux familles, aux blessés (...) Quand il se passe une catastrophe en France, il y a un deuil et une solidarité qui se mettent en place. Cela s'appelle la fraternité, qui fait partie de la conception que nous nous faisons de la République."

François Hollande "s'associe à la douleur des familles"  (00:01:47)

Il a également tenu à saluer "les personnels qui se sont mobilisés : médecins, infirmiers, pompiers". "La France est un pays qui est capable de faire face à une catastrophe", s'est félicité le chef de l'Etat.

D'après un bilan provisoire, cet accident aurait fait six morts et 22 blessés graves.