François Hollande propose un "pacte de responsabilité" aux entreprises

par mardi 31 décembre 2013 20:12, mis à jour le mardi 31 décembre 2013 à 21h30
François Hollande lors de la présentation de ses voeux aux Français
Maxppp

Le président de la République s'est livré ce mardi soir à la tradition des voeux du Nouvel An. François Hollande a notamment annoncé la création d'un pacte de responsabilité à destination des entreprises : moins de charges contre plus d'embauches. Le chef de l'Etat a aussi livré un plaidoyer pour une France qui assume ses choix.

La tradition des vœux présidentiels n'autorise certes que peu de facétie, mais c'est un François Hollande grave qui s'est présenté face aux Français mardi soir, à quatre heures du passagé à l'année 2014. Un chef de l'Etat qui a annoncé la couleur d'emblée, parlant d'une "année 2013 intense et difficile", avec notamment "une crise plus longue que prévu".

"L'état du pays a justifié que je vous demande des efforts"

Très attendu sur le chômage, qu'il avait promis au même endroit il y a un an de faire reculer avant la fin de l'année 2013, il s'est montré plus mesuré. "Le chômage est resté à un niveau élevé", même si depuis la rentrée il veut croire que la tendance est plus positive.

Impôts et emploi

Pour autant, François Hollande le répète : "J'ai confiance dans les choix que j'ai faits pour le pays". Même si "les impôts sont devenus lourds".

"Je n'ai qu'un objectif, un engagement : l'emploi"

La principale mesure, dans ce contexte, a été annoncé dans les premières minutes de l'allocution : la création dans les prochains mois d'un "pacte de responsabilité" pour les entreprises. Un système garantissant moins de charges sur le travail contre la promesse de plus d'embauches.

François Hollande évoque un pacte de responsabilité pour les entreprises  (00:01:19)
 

Autres volontés, qui reprennent ses promesses de campagne : la réduction de la dépense publique et la simplification administrative. "Tout doit être rendu plus facile" affirme le président de la République.

Plaidoyer pour une France "forte"

François Hollande a également enfourché une antienne : la France "forte". "La France a tous les atouts pour réussir" veut-il croire, citant en exemple l'implantation d'un coeur artificiel réussie par une équipe de l'hôpital Georges-Pompidou il y a deux semaines. Mais, prévient le chef de l'Etat, "la France sera forte si nous savons nous réunir sur l'essentiel". Il se livre au passage à une nouvelle anaphore, qui fait écho à son "Moi, président de la République" asséné à Nicolas Sarkozy lors du débat de l'entre-deux tours en 2012.

François Hollande : "La France sera forte si elle est plus solidaire..."  (00:00:58)
 

"Je serai intransigeant face au racisme, à l'antisémitisme et aux discriminations", pose François Hollande. "Ces valeurs, nous les affirmons aussi dans le monde ; la France est toujours au premier rang et j'en suis fier", ajoute-t-il en allusion aux interventions au Mali ou en Centrafrique. Sur l'Europe, le chef de l'Etat annonce des "initiatives" avec l'Allemagne "pour donner plus de force à notre union" car pour lui, "ce n'est pas en défaisant l'Europe qu'on fera la France de demain".

Enfin, conclut-il : "Plus que jamais il faut aimer la France ; c'est une chance d'être français aujourd'hui".