François Hollande : "Les conditions sont réunies pour un nouveau 21 avril"

par Rédaction de France Info vendredi 19 février 2016 22:25
François Hollande, un peu plus tôt, avait réaffirmé son intention de ne pas se représenter à l\\\'élection présidentielle si la \\\"courbe du chômage\\\" ne \\\"s\\\'inversait pas\\\"
François Hollande, un peu plus tôt, avait réaffirmé son intention de ne pas se représenter à l'élection présidentielle si la "courbe du chômage" ne "s'inversait pas" © MaxPPP

Le président de la République a fait référence ce vendredi soir sur France inter au 21 avril 2002, lorsque la gauche avait été éliminée de l'élection présidentielle au premier tour, Jean-Marie Le Pen se qualifiant pour le second tour face à Jacques Chirac.

Le président de la République faisait référence au  21 avril 2002, lorsque la gauche avait été éliminée de l'élection présidentielle au premier tour, Jean-Marie Le Pen se qualifiant pour le second tour de la présidentielle face à Jacques Chirac. Le socialiste Lionel Jospin avait été éliminé au 1er tour à la surprise générale. 
 
Interrogé sur son souvenir de l'évènement, et l'éventuel rapprochement qu'il pouvait en tirer avec sa situation politique actuelle, le chef de l'Etat a répondu : "Bien sûr que j'y pense, parce que je l'ai vécu, j'étais (...) Premier secrétaire du Parti socialiste ce soir-là".  "J'ai appelé après 20 heures, malgré le choc, à voter pour Jacques Chirac", a-t-il rappelé. En ajoutant qu'il savait "ce que représente la douleur, la souffrance, de ne pas avoir le choix, d'être obligé de ce que l'on appelle simplement sauver la République".  "Chacun doit y réfléchir, non pas pour essayer de trouver je ne sais quelle combinaison pour éviter cette éventualité, mais se dire, en responsabilité : qu'est-ce qu'on veut". 
 
François Hollande, un peu plus tôt, avait réaffirmé son intention de ne pas se représenter à l'élection présidentielle si la "courbe du chômage" ne "s'inversait pas".

A LIRE AUSSI ►►► Hollande : "Les salariés français ne verront aucun de leurs droits remis en cause"