Discours extrêmement musclé de Sarkozy à Grenoble

par Rédaction de France Info mercredi 2 novembre 2011 00:00
cata
Radio France © France Info

Nicolas Sarkozy est arrivé à Grenoble en fin de matinée. Au programme : l'installation du nouveau préfet de l'Isère Eric Le Douaron, un ancien policier. _ A cette occasion, le président de la République, s'exprimant sur le thème de l'insécurité, a annoncé l'installation de 60.000 nouvelles caméras de vidéo-surveillance, le réexamen des règles de naturalisation ou de déchéance de la nationalité française, la généralisation des peines planchers ou l'élargissement du port du bracelet électronique.

"PAS UN SEUL POLICIER NE S'EN IRA. C'EST LES DÉLINQUANTS QUI RECULERONT"

Discours musclé ce midi, à Grenoble, de la part du chef de l'État, se disant en guerre contre les trafiquants, "une guerre nationale" !
_ Nicolas Sarkozy a donc annoncé, deux jours après ses mesures sur les Roms et les gens du voyage, un nouveau train de décisions répressives :

- "L'instauration d'une peine de prison incompressible de
30 ans pour les assassins de policiers ou de gendarmes sera discutée
à la rentrée".

- À partir du 7 septembre, le principe des peines planchers sera étendu à toutes les formes de violences aggravées. Aujourd'hui, il est réservé aux multirécidivistes.

- Le réexamen des motifs donnant lieu à la déchéance de la nationalité française. "Quand on tire sur un agent, on n'est plus digne d'être Français". Nicolas Sarkozy souhaite le retrait de la nationalité pour toute personne d'origine étrangère ayant porté atteinte à la vie d'un policier, d'un gendarme "ou de toute autre personne dépositaire de l'autorité publique".

- Un débat sur le champ d'application des bracelets électroniques. Nicolas Sarkozy souhaiterait que les multirécidivistes soient condamnés automatiquement à en porter un, pendant quelques années après l'exécution de leur peine.

- Le chef de l'État veut également que la naturalisation pour un mineur délinquant ne soit plus automatique à sa majorité.

"NOUS SUBISSONS LES CONSÉQUENCES DE 50 ANNÉES D'IMMIGRATION INSUFFISAMMENT RÉGULÉES... "

- Le chef de l'État veut une évaluation des droits et des prestations auxquelles ont accès les étrangers en situation irrégulière.

- Sur l'évacuation des camps irréguliers de Roms, dès l'automne prochain, Nicolas Sarkozy veut modifier la loi, pour permettre que la décision d'évacuation relève du seul préfet.

Nicolas Sarkozy s'en est pris aussi à la responsabilité des parents d'enfants manquant l'école. Le gouvernement prépare déjà un texte qui permettra de mettre la responsabilité des parents en cause.

DES RENFORTS À GRENOBLE

Le chef de l'Etat a promis de nouvelles caméras de vidéo-surveillance. Notamment des caméras embarquées dans les voitures de police et de gendarmerie la nuit, à titre expérimental en Isère. 60.000 caméras d'ici à 2012.

Grenoble devrait aussi être prochainement doté d'un Gir et d'agents du fisc chargés de contrôler finement le patrimoine des trafiquants.

Nicolas Sarkozy était venu à Grenoble pour officialiser la nomination d'un nouveau préfet, Éric le Douaron, qu'il a chargé de rétablir l'ordre public, "dans le moindre quartier, la moindre rue, la moindre cage d'escalier". "Il ne peut pas, dit-il, y avoir de naïveté et d'angélisme en la matière".

Le prédécesseur d'Eric Le Douaron, Alain Dupuy, avait été débarqué au lendemain des émeutes dans le quartier de La Villeneuve. Une vague de violences urbaines déclenchée par la mort d'un malfaiteur, tué le 16 juillet dans une fusillade avec la police. Nicolas Sarkozy avait alors déclaré en Conseil des ministres que le gouvernement entendait mener "une lutte implacable contre la criminalité".

Réponse du maire PS de Grenoble, Michel Destot : les pouvoirs publics
n'ont pas à "faire la guerre" à la délinquance mais à "faire la paix" sociale pour donner la preuve de leur efficacité.