Barrage de Sivens : la plainte de la famille de Rémi Fraisse déposée ce matin

par Rédaction de France Info lundi 27 octobre 2014 18:55, mis à jour le mardi 28 octobre 2014 à 07h40
Alimi
Me Arié Alimi, l'un des avocats de la famille de Rémi Fraisse. © Maxppp

La famille de Rémi Fraisse, mort dimanche à Sivens, dépose ce mardi une plainte pour homicide volontair et violences ayant entrainé la mort. L'étudiant de 21 est décédé des suites d'une explosion lors d'affrontements entre manifestants anti-barrage et forces de l'ordre.

La famille de Rémi Fraisse, le manifestant de 21 ans mort sur le site du barrage contesté de Sivens dans le Tarn, compte déposer plainte mardi pour homicide volontaire "par une ou plusieurs personnes dépositaires de l'autorité publique", ont annoncé lundi ses avocats à l'AFP.

Cette plainte doit "permettre à un juge d'instruction indépendant de faire toute la lumière sur les circonstances du décès" du jeune manifestant, a déclaré l'un des avocats de sa famille, Me Arié Alimi. Le défenseur regrette que le procureur de la République d'Albi, en charge du dossier, n’ait pas ouvert dès lundi d’information judiciaire.

"J’ai trouvé cela affligeant parce que cela aurait pu remettre l’affaire dans les mains d’un juge d’instruction indépendant. C’est la raison pour laquelle une plainte en matière criminelle va être déposée."

"Cette plainte est un outil. Le procureur lui n'a pas ouvert d'information judiciaire" (Me Arié Halimi)

L'avocat de la famille de Rémi Fraisse se dit convaincu que le jeune homme n'a pas été touché par un éventuel cocktail Molotov lancé par un manifestant.

"Ce que je sais, c’est qu’il n’y a pas de brûlures sur le corps de Rémy, un cocktail Molotov provoque des brûlures. Donc je m’oriente plutôt vers un tir de projectile, flash-ball, grenade, à tir tendu, assez proche, pendant une charge des gendarmes mobiles. C’est ce à quoi l’autopsie me fait penser."

Le défenseur des proches du jeune manifestant a par ailleurs justifié le caractère criminel de la plainte qu'il compte déposer, qu'il s'agisse dit-il "d'homicide volontaire ou de de violences ayant entraîné la mort, ce sera au juge de le déterminer". 

"Dans l’hypothèse d’un projectile venant des forces de l’ordre, on a des violences et on a surtout un tir de militaires aguerris, qui savent que de tels projectiles vers un jeune homme peuvent provoquer sa mort."

Selon les éléments du rapport d'autopsie présentés par le parquet, Rémi Fraisse a été victime d'une explosion, dont d'autres analyses doivent dire si elle a pu être causée par une grenade lancée par les gendarmes.

A LIRE AUSSI ►►► Barrage de Sivens : "Un projet surdimensionné", "pas d'intérêt général"