Attentats : hommage de l'Etat à la policière tuée à Montrouge

par Rédaction de France Info samedi 9 janvier 2016 11:54
plaque clarisse
François Hollande a dévoilé samedi au cours d'une brève cérémonie à Montrouge, une plaque "à la mémoire de Clarissa Jean-Philippe", "assassinée en ce lieu le 8 janvier 2015, victime du terrorisme, dans l'accomplissement de son devoir" © RF/ Jérôme Jadot

François Hollande a dévoilé samedi à Montrouge une plaque en hommage à Clarissa Jean-Philippe tuée il y a un an par Amédy Coulibaly, la veille de la prise d’otages meurtrière de l’Hyper Cacher.

Les commémorations en hommage aux victimes des attentats terroristes il y a un an à Paris se sont poursuivies, samedi, par une cérémonie à la mémoire de Clarissa Jean-Philippe. La jeune policière municipale de 26 ans a été tuée en pleine rue le 8 janvier 2015 à Montrouge par Amédy Coulibaly, la veille de la tuerie à l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes (Paris). La série d'attentats, il y a un an, avaient fait 17 morts dont trois policiers. 

A LIRE AUSSI ►►►Hollande: les trois policiers "sont morts pour que nous puissions vivre libres"

Le chef de l’Etat a dévoilé à Montrouge (Hauts-de-Seine) une plaque à la mémoire de Clarissa Jean-Philippe, "assassinée en ce lieu le 8 janvier 2015, victime du terrorisme, dans l'accomplissement de son devoir".

Des enfants et l'harmonie municipale ont entonné la Marseillaise sur l'avenue Pierre-Brossolette, après une minute de silence. Une quinzaine de proches de la policière étaient présents, ainsi que les ministres de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, de la Justice, Christiane Taubira, et de l'Outre-Mer, George Pau-Langevin. Après la cérémonie, François Hollande s'est entretenu en privé avec la famille de la victime, originaire de Sainte-Marie, en Martinique.

La jeune policière Clarissa Jean-Philippe tuée à Montrouge en janvier 2015 avait 26 ans
La jeune policière Clarissa Jean-Philippe tuée à Montrouge en janvier 2015 avait 26 ans © SIPA / REX

Un employé municipal de Montrouge a assisté à l'hommage. Majid était présent, le 8 janvier, dans le quartier où la policière a été abattue. Il se souviendra "à vie, dit-il, d'avoir vu là Clarissa". Majid se sent "fier que l'Etat reconnaisse la policière, parce que c'était quelqu'un de bien".

"Je suis fier pour Clarissa qu'il y ait une reconnaissance de l'Etat" : le témoignage à Montrouge de Majid, employé municipal, au micro de Jérôme Jadot

A Montrouge, l'avenue de la Paix a été rebaptisée "avenue de la Paix - Clarissa Jean-Philippe".