Syrie : les quatre journalistes français ont été libérés

par Cécile Mimaut samedi 19 avril 2014 11:14, mis à jour le samedi 19 avril 2014 à 21h48
Premières images des quatre journalistes français après leur libération, ici à la frontière turque.
Maxppp

A REVIVRE | Ils sont "libres" et "en bonne santé". François Hollande a exprimé samedi dans une déclaration à l'AFP son "immense soulagement" après avoir appris "la libération des quatre journalistes français" qui étaient retenus en otage en Syrie depuis juin 2013. Edouard Elias, Didier François, Nicolas Hénin et Pierre Torrès sont "en bonne santé en dépit des conditions très éprouvantes de leur captivité". Ils doivent rentrer dimanche matin en France, où ils seront accueillis par le chef de l'Etat et leurs familles.

20h11 - décryptage sur les motivations des ravisseurs
 D'après les premières informations dont on dispose, les quatre otages français auraient été détenus par l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL). Romain Caillet, chercheur et consultant sur les questions islamistes, analyse pour Isabelle Labeyrie et France Info les motivations de ce groupe.

"L'EIIL enlève des journalistes et voit ce qu'il peut en tirer" (Romain Caillet)  (00:03:27)
 

"L'EIIL enlève des journalistes et voit ce qu'il peut en tirer" (Romain Caillet)

►►► A LIRE AUSSI | Les conditions de la libréation des otages, certitudes et hypothèses

18h45 - Contactée par France Info, la tante d'Edouard Elias, Marie-Hélène Dunaud, a fait part de sa joie, expliquant avoir hâte de revoir son neveu.

"Nous sommes soulagés, au bord des larmes" (Marie-Hélène Dunaud, tante d'Edouard Elias)  (00:00:47)
 

"Nous sommes soulagés, au bord des larmes" (Marie-Hélène Dunaud, tante d'Edouard Elias)

17h31 - Attendus dimanche matin entre 8h00 et 9h00
 D'après l'AFP, François Hollande a annoncé que les Français seraient de retour dimanche matin, entre 8 heures et 9 heures. Le président de la République ira les accueillir en personne, en compagnie de leurs familles.

16h45 - D'autres otages détenus avec les quatre Français
 Serge July, président du Comité de soutien, indique au micro de BFM TV que d'autres otages occidentaux auraient été détenus avec les quatre journalistes français. Ils "ne diront pas qui était avec eux", précise-t-il. L'Etat islamique en Irak et au
Levant (EIIL) détiendrait encore "plus d'une vingtaine d'Occidentaux".

14h12 - Najat Valaud Belkacem rappelle qu'il reste encore deux Français retenus au Sahel sur son compte Twitter. Serge Lazarevic et Gilberto Rodriguez
Leal ont été enlevés au Mali, en novembre 2011 et
novembre 2012.

13h55 - Départ de Turquie en fin de soirée
 Selon nos informations, les quatre journalistes français quitteraient Gazi Antep en Turquie à 22h ce soir, heure locale (21h, heure française). Il y a quatre heures de vol jusqu'à Paris.

12h35 - De retour ce soir ou demain matin
 Les quatre journalistes français devraient être de retour en France "samedi soir dans la nuit" ou "dimanche matin", a indiqué l'entourage de François Hollande. Leur avion devrait atterrir à l'aéroport militaire de Villacoublay. Le chef de l'Etat ira les accueillir avec leurs familles, précise l'Elysée.

12h30 - Le père de Pierre Torrès a encore du mal à y croire 
 "Quand on m'a dit : 'il y a le président de la République qui vous appelle', j'ai dit c'est une rigolade, j'y crois pas". José Torrès a pu parler à son fils. "On a eu sa voix, on a eu quelques renseignements. Parmi d'autres, qu'ils quitteront la Turquie en fin de journée", a-t-il indiqué au micro de Christine Wurtz.

Le père Pierre Torrès, José Torrès, est évidemment très ému.  
 

Le père Pierre Torrès, José Torrès, est évidemment très ému.

"Merci beaucoup, je suis vraiment très heureux d'être libre" (Didier François)

Publié
Capture d'écran TV turque

Une télévision turque diffuse les premières images des otages libérés. © Capture d'écran TV turque

Les premiers mots d'homme libre de Didier François devant les caméras de l'agence de presse turque Dogan  
 

Les premiers mots d'homme libre de Didier François devant les caméras de l'agence de presse turque Dogan

 

12h15 - On"savait qu'ils allaient être libérés mais on ne savait pas que ce
serait aujourd'hui"

 Sur France Info, la journaliste Karen
Lajon, grande reporter au JDD et co-présidente du comité de soutien pour la
libération des journalistes otages en Syrie, explique qu'après la libération des
deux otages espagnols, "il était clair que c'était des signes extrêmement positifs,
que les négociations se passaient plutôt bien. Et il avait été perçu clairement
que leurs libérations étaient les prochaines. Après, vous dire qu'on savait que
ça allait arriver aujourd'hui et à quelle heure, non, on n'a été pris de court
".

12h00 - "Immense bonheur" de Fabien Namias
 Fabien Namias, directeur de la rédaction d'Europe 1, pour laquelle travaillait Didier François, est "extrêmement heureux et ému pour les familles avec qui on a noué une relation très forte les dix mois écoulés", explique-t-il. "Maintenant, on attend qu'une chose, les avoir enfin en face de nous, les voir, leur parler, les prendre dans nos bras et puis les laisser tranquilles avec leur famille", poursuit-il.

11h45 - Les larmes de joie de Claire Bisquerra -Torrès
 La soeur de Pierre Torrès, résidant dans les Landes, réagit au micro d'Erwan Pastol, de France Bleu Gascogne. Elle a appris la nouvelle par sa fille, dans le train. "Trois cent jours aujourd'hui... C'est vraiment merveilleux... Un énorme soulagement "

La sœur de Pierre Torrès a du mal à contenir ses larmes... de joie.  
 

La sœur de Pierre Torres a du mal à contenir ses larmes... de joie.

11h40 : Les premières images des otages libérés

11h23 -  Le père de Nicolas Hénin témoigne sur France info
 Pierre-Yves Hénin a été prévenu
ce matin par plusieurs appels, dont un du président de la République, il
éprouve "beaucoup d'émotion et un très grand soulagement parce que nous savons
bien que ce n'était pas facile et évident d'obtenir une telle solution
",
explique-t-il. "Nous avons cru comprendre que les choses avaient été compliquées
jusqu'au dernier moment",
explique-t-il encore. Pierre-Yves Hénin qui a déjà pu
parler à son fils et "son moral est évidemment excellent". 

TÉMOIGNAGE | "Nous savons bien que ce n'était pas facile et évident d'obtenir une telle solution" (Pierre-Yves Hénin)  
 

TÉMOIGNAGE | "Nous savons bien que ce n'était pas facile et évident d'obtenir une telle solution" (Pierre-Yves Hénin)

11h15 - Très peu d'informations

 On dispose de peu d'informations pour le moment sur les conditions de la libération des otages. L'agence de presse Dogan précise que les quatre Français ont été retrouvés mains attachées et yeux bandés dans la province de Sanliurfa. Toujours selon cette source, des inconnus les auraient amenés à la frontière tard vendredi soir.

Sur France Info, Alain le Gouguec, président de Reporter sans Frontières, explique qu'on avait très peu de nouvelles des quatres journalistes ces derniers mois. "On savait très bien qu'ils n'étaient pas entre les mains du régime syrien mais plutôt entre les mains d'un groupe proche d'Al-Qaïda. Pas seuls d'ailleurs, avec une dizaine d'autres otages journalistes non syriens et une vingtaine d'acteurs de l'information syriens."

retenus depuis juin 2013, les quatre journalistes français otages en Syrie ont été libérés, a confirmé François Hollande samedi.
Sebastien Jarry Maxppp

Les quatre journalistes français étaient détenus en Syrie depuis juin 2013. © Maxppp Sebastien Jarry

11h17 : Le communiqué de l'Elysée sur Twitter

10h58 -  François Hollande annonce la libération des quatre otages français
 Cité par l'AFP,
François Hollande annonce la libération des quatre otages français retenus en
Syrie depuis le mois de juin 2013. Edouard Elias, Didier François,
Nicolas Hénin et Pierre Torrès sont "libres" et "en bonne
santé en dépit des conditions très éprouvantes de leur captivité". Ils
seront de retour en France "dans les prochaines heures".