Le pétrole syrien abreuverait l’organisation terroriste Daech

INTERVIEW par Rédaction de France Info vendredi 26 septembre 2014 17:05
pétrole photo illustration
Les terroristes de Daech contrôleraient 80 % de la production de l'or noir en Syrie. Photo d'illutsration © Maxppp

Les terroristes de Daech contrôleraient 80 % de la production de l'or noir en Syrie. Blanchiment, financement, autoconsommation. Une goutte dans la production mondiale mais une source de financement énorme pour un petit groupe terroriste. C'est ce que nous explique Francis Perrin, directeur de la rédaction du magazine "Pétrole et Gaz Arabes".

Pourquoi l'organisation terroriste Daech est-elle si puissante ? Son budget est évalué aujourd'hui à plus d’un milliard de dollars. Une manne qu'elle tire essentiellement des revenus du pétrole. Elle a la mainmise sur des zones extrêmement riches  en Syrie et aussi en Irak. Et certains pays alentours n'hésitent pas à lui acheter cet or noir.

Le groupe terroriste Daech "va d’abord transformer ce pétrole en carburant parce qu’on en a besoin pour mener un effort de guerre. Ensuite, il va commercialiser les produits pétroliers dans les zones qu’il contrôle près de la frontière irako-syrienne et une troisième partie sera exportée, notamment vers des marchés régionaux, principalement vers la Turquie et peut-être également vers la région du Kurdistan irakien", explique Francis Perrin.  "Dans ces régions, il est possible que certains intermédiaires peu scrupuleux mélangent du pétrole venant de l’Etat islamique à d’autres pétroles pour le blanchir en quelque sorte et l’exportent sur les marchés internationaux", poursuit le président du groupe Média Stratégies et Politiques Energétiques.

Daech détiendrait 80% du pétrole syrien, beaucoup et peu à la fois

"Mais on est sur des volumes certainement très faibles. Je ne crois pas qu’il faut penser qu’il y ait des volumes importants de pétrole venant de Syrie et d’Irak dans des zones contrôlées par l’Etat islamique qui arriveraient en Europe, en Amérique du Nord ou en Asie", nuance Francis Perrin.

"Il faut tenir compte du fait que la production syrienne s’est effondrée. La Syrie qui était un petit producteur de pétrole ne produit aujourd’hui quasiment plus rien. Donc, certes l’Etat islamique contrôle des puits et des champs pétroliers en Syrie, mais ce n’est plus une production importante. Cela dit, ce n’est pas rassurant pour autant, car même si ce n’est pas grand-chose en terme de volume de pétrole c’est important pour un groupe terroriste pour ses propres besoins et par ailleurs pour obtenir des revenus", poursuit-il.

Les revenus tirés du pétrole par le groupe terroriste Daech pourrait représenter 1,5 million de dollars par jour, explique Francis Perrin, président de Stratégies et Politiques Energétiques, au micro de Raphaëlle Duchemin