Le cessez-le-feu en Syrie entré en vigueur ce matin. Pour de bon ?

par Cécile Quéguiner jeudi 12 avril 2012 05:53
Reuters

Le régime syrien n'a pas retiré ses troupes dans les temps mardi soir. Est-il réellement disposé à respecter le cessez-le-feu prévu par l'Onu aujourd'hui ? Hier, au moins 25 civils ont encore été tués.

5h heure française. 6h à Damas. Le cessez-le-feu en Syrie conclu entre le régime de Bachar al-Assad et l'émissaire de l'Onu et de la Ligue arabe, Kofi Annan, est entré en vigueur ce matin. Le régime va-t-il encore tromper son monde ? Première étape : il devait retirer ses chars des centres urbains dès mardi minuit. Ses troupes, non contentes de restées mobilisées, ont depuis réprimé à tour de bras.

Situation calme, mais les chars sont toujours là

C'est une nouvelle mise à l'épreuve qui débute donc ce matin pour le despote syrien. Il a annoncé qu'il mettrait en effet un terme à ses opérations militaires dans les temps, mais que ses forces répondraient à toute attaque "terroriste". Les États-Unis, de leur côté, ont prévenu qu'ils jugeraient Damas sur "ce qu'il ferait, pas sur ce qu'il dirait".

Tous les observateurs sont sur le qui-vive depuis l'aube. A 7h, l'opposition syrienne ne signalait toujours aucun combat. Mais personne n'est dupe. Fabrice Balanche, maître de conférence à Lyon 2 et membre du groupe de recherches et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l'Orient parle d'"un cessez-le-feu de façade".

"On sait bien que ce cessez-le-feu ne risque pas d'être très durable" Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie