"La Vie d'Adèle", Palme d'or à Cannes, sera-t-il censuré ou remonté ?

par Julien Baldacchino lundi 27 mai 2013 16:05
Abdellatif Kechiche, entouré des actrices Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos
Gao Jing/Newscom SIPA

Palme d'or de cette édition 2013 du Festival de Cannes, le film "La Vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche devrait faire couler beaucoup d'encre. Le film raconte la passion de deux jeunes femmes, scènes crues à l'appui. Le réalisateur franco-tunisien pourrait devoir retoucher le montage de son film pour permettre sa diffusion dans certains pays, notamment en Tunisie.

En montant sur la scène du
Palais des Festivals à Cannes, ce dimanche soir, Abdellatif Kechiche a rendu hommage à la jeunesse française et à la révolution tunisienne. Pourtant, la Tunisie
pourrait bien ne pas voir son film La Vie d'Adèle, lauréat de la
Palme d'Or
. Le film, avec Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos, est une histoire
d'amour passionné entre deux jeunes filles. Un sujet qui risque de faire
grincer des dents dans certains pays du monde.

Le lundi 28 avril 2014

La vie d'Adèle (extrait) © popelinedejersey

En Tunisie, le triomphe
d'Abdellatif Kechiche divise. Fathi Kharrat, directeur général du cinéma au
ministère de la Culture, salue cette récompense, tout en affirmant que "le
film s'adresse à un environnement particulier
". Dans la presse en
ligne, les internautes sont très partagés sur le sujet : les uns prédisent le
"rejet par l'écrasante majorité" des Tunisiens, les autres
saluent le réalisateur qui "fait honneur à la Tunisie [qu'ils] aiment,
ouverte, tolérante et accueillante
".

Les réactions en Tunisie à la victoire d'Abdellatif Kechiche : à Tunis, les précisions de Thibault Cavaillès  
 

Une censure en Tunisie...
et aux Etats-Unis ?

Il est fort peu probable
que le film puisse être projeté en l'état actuel des choses, en Tunisie. L'amour
lesbien des deux héroïnes y est montré de façon très crue, en particulier dans
trois scènes explicites du film. Fathi Kharrat a affirmé craindre de "violentes
réactions
" si le film venait à être projeté en Tunisie. Aux Etats-Unis,
où le film a déjà été vendu à un distributeur, il risque une classification
NC-17
(interdit aux moins de 17 ans), qui réduirait largement sa diffusion en
salles.  

Le "label" Palme
d'or n'est en effet pas un passe-droit pour éviter une interdiction de
diffusion. A plusieurs reprises des films primés ont connu des difficultés pour
être projetés en salles. En 1993, le film du Chinois Chen Kaige Adieu ma
concubine
, qui a lui aussi reçu la distinction suprême à Cannes, a été
interdit par les autorités chinoises, avant d'être autorisé quelques semaines
plus tard en raison de son succès commercial dans le reste du monde. Il
s'agissait de l'histoire d'amitié, ambiguë, entre deux danseurs de l'Opéra de
Pékin. L'Américain Michael Moore et son Farenheit 9/11, primé en 2004, ont
quant à eux eu beaucoup de mal à trouver un distributeur dans leur pays
d'origine, avant qu'une coentreprise ne se décide à distribuer le film sur le
territoire américain.

Un possible nouveau
montage du film

Pour contourner les
interdictions et autres difficultés de distribution, Abdellatif Kechiche
pourrait être appelé à couper certaines scènes et proposer un nouveau montage.
Inacceptable ? Pas forcément, selon le réalisateur. "On n'a pas envie
de ne pas du tout montrer le film si une simple scène dérange
", a-t-il
expliqué lors de la conférence de presse cannoise. Pour son précédent film, Vénus
noire
, Abdellatif Kechiche avait déjà dû procéder ainsi.

Un nouveau montage de La
Vie d'Adèle
est d'autant plus probable que le film est arrivé à Cannes à
peine terminé. Projeté sans générique de fin, il a été intégré à la sélection
officielle alors que les programmateurs n'avaient vu qu'une version inachevée,
trop longue d'un quart d'heure (le film dure près de trois heures). Alors que La
Graine et le Mulet
du même Abdellatif Kechiche avait été refusé en
sélection pour les mêmes raisons, en 2007, Thierry Frémaux, le patron du
Festival, raconte que La Vie d'Adèle lui "a paru nettement plus
monté. Moins de plans séquences, plus de coupes et de rythme. Même dans son
état actuel, le film est déjà là
", expliquait-il dans les colonnes du Monde.

Une version retouchée en
salles – la sortie est prévue le 9 octobre – par rapport à la version projetée
à Cannes ? Ce n'est donc pas impossible. D'autant plus que Kechiche n'en est
pas à son coup d'essai dans ce domaine : après que son premier film La Faute
à Voltaire
a été primé en 2000 à la Mostra de Venise, le réalisateur avait
voulu revoir le film en vue de sa sortie en salles. Son producteur d'alors,
Jean-François Lepetit, a empêché ces modifications in extremis