La Corée du Nord annonce le premier essai "réussi" d'une bombe H

par Pierrick Bonno mercredi 6 janvier 2016 06:12, mis à jour le mercredi 6 janvier 2016 à 12h00
Un essai ordonné par le le leader nord-coréen Kim Jong-Un annonce la télévision d\\\'Etat
Un essai ordonné par le le leader nord-coréen Kim Jong-Un annonce la télévision d'Etat © SIPA / CHINE NOUVELLE

La Corée du Nord annonce mercredi l'essai "réussi" d'une bombe à hydrogène avec un engin "miniaturisé". Washington promet une réponse appropriée aux "provocations".

L'essai présenté comme réussi de l'explosion d'une bombe H par la Corée du Nord a été pris au sérieux par la communauté internationale. S'il est confirmé, ce test nucléaire marquerait une avancée importante dans le programme de Pyongyang.
A LIRE AUSSI ►►►La Corée du Nord relance un réacteur nucléaire à usage militaire

L'utilisation de la fusion nucléaire

Le test, présenté comme une première, a été annoncé mercredi par la télévision d'Etat nord-coréenne, qui a précisé que "le premier essai de bombe à hydrogène de la République avait été mené avec succès à 10H00 (01H30 GMT) le 6 janvier 2016". La chaîne de télévision officielle a évoqué un engin "miniaturisé". 

Son explosion a entrainé un tremblement de terre dans le nord du pays d'une magnitude de 5,1. Un séisme enregistré par plusieurs agences de surveillances de la région. La bombe à hydrogène utilise la fusion nucléaire et produit une explosion plus puissante que la bombe A comme atomique, avec la fission nucléaire. 

"Un éternel recommencement"

Selon la journaliste Juliette Morillot, spécialiste de la Corée du Nord, le calendrier n'est pas dû au hasard. "Dans deux jours, c'est l'anniversaire du leader, Kim Jong-Un" rappelle la journaliste qui prévient que "va suivre toute une série de fêtes derrière lesquelles il veut cimenter son peuple devant l'ennemi américain".

"Oui, c'est inquiétant mais au bout du compte, ça va faire comme les autres années. Il va y avoir un retour à la table des négociations à six à Pékin, pour discuter de la dénucléarisation de la péninsule."

"Un éternel recommencement" selon la journaliste Juliette Morillot, spécialiste de la Corée du Nord

Vives réactions internationales

Pyongyang est déjà sous le coup de sanctions internationales en raison de son programme nucléaire et assure ce matin qu'elle n'utilisera l'arme nucléaire sauf si sa souveraineté est violée.

La menace est prise très au sérieux ce matin. Le Conseil de sécurité des Nations Unis annonce une réunion d'urgence. L'armée sud-coréenne a aussitôt renforcé sa surveillance sur la Corée du Nord. Le Japon estime que sa sécurité est menacée. La Maison blanche promet une réponse "appropriée" aux provocations nord-coréennes.

La France condamne "cette violation inacceptable des résolutions du Conseil de sécurité et appelle à une réaction forte de la communauté internationale".