Hommage aujourd'hui aux quatre soldats tués en Afghanistan

par Baptiste Schweitzer mercredi 13 juin 2012 19:04, mis à jour le jeudi 14 juin 2012 à 05h00

François Hollande va présider aujourd'hui une cérémonie en hommage aux quatre soldats tués samedi en Afghanistan. L'Élysée a invité tous les anciens présidents et Premiers ministres de la Ve République, dont le prédécesseur de François Hollande, Nicolas Sarkozy.

Publié
Reuters

Les corps des quatre soldats français tués samedi ont été rapatriés en France © Reuters

Nicolas
Sarkozy disait que cela avait été parmi les moments les plus difficiles de son
quinquennat. François Hollande va devoir, à son tour, affronter cette épreuve. Le
président de la République préside aujourd'hui un hommage aux quatre soldats
tués samedi en Afghanistan. Il s'agit de l'adjudant-chef Thierry
Serrat, du maréchal des logis-chef Stéphane Prudhom, du maréchal des logis
Pierre-Olivier Lumineau et du brigadier Yoann Marcillan.

L'hommage va débuter à 9 heures par une cérémonie religieuse en
la cathédrale Saint-Louis. Elle sera suivie par une cérémonie militaire dans la
cour des Invalides, peu après 10h. François Hollande y prononcera un éloge funèbre avant
de remettre des décorations à titre posthume aux quatre militaires.

Première apparition officielle de Nicolas Sarkozy

Le chef de l'État sera accompagné du Premier ministre, du ministre
de la Défense et du ministre délégué aux Anciens combattants. Aux côtés de
François Hollande également, Nicolas Sarkozy. L'Élysée a en effet invité l'ensemble
des Premiers ministres et des Présidents de la République de la Ve République à
participer à cet hommage.

L'entourage de Nicolas Sarkozy a confirmé que le prédécesseur de
François Hollande à l'Élysée serait présent. Ce sera la
première apparition officielle de l'ancien président de la République depuis la
passation de pouvoir le 15 mai dernier.

Depuis l'engagement français en Afghanistan en
2001, 87 soldats sont morts sur le terrain. À l'issue de ce nouveau drame, François
Hollande a confirmé que les troupes combattantes quitteront le pays avant la
fin de l'année sans toutefois accélerer le calendrier.

Ressources audio liées